Partager

Coprésidée par le ministre Bady Ould Ganfoud et le patron de l’UNTM, Siaka Diakité, cette cérémonie a d’abord procédé à l’extinction du protocole d’accord du 14 octobre 2005 et à l’ouverture par la même occasion des négociations autour du nouveau cahier de doléances de la centrale syndicale

Auparavant, le secrétaire général de l’UNTM, Siaka Diakité avait attiré l’attention de l’auditoire sur le fait que : « le 14 octobre 2005, nous avons ici même conclu un accord magnifique dans un protocole qui sera versé dans nos archives respectives dans les heures qui vont suivre. Il nous plait de rendre témoignage à l’école du partenariat, que nous nous sommes rendus dignes de l’engagement auquel nous avons, en toute conscience, souscrit. Ce qui nous vaut aujourd’hui d’épancher une légitime satisfaction d’avoir réglé des questions cruciales pour notre pays, pour les entreprises et pour les travailleurs. Les cas les plus récents sont la résolution de l’intégration des camarades de Transrail-SA et la conclusion du plan social Huicoma-SA« .

Cependant, le patron de l’UNTM a précisé que l’extinction du protocole d’accord du 14 octobre 2005 ne concerne pas cinq points.

Il s’agit de faire avancer les fonctionnaires qui, à la veille de leur départ à la retraite, ont bénéficié au moins de la notation « Bon« , de faire payer les arriérés de salaires, les indemnités de licenciement, les fonds de réinsertion et les droits des travailleurs des sociétés des entreprises d’Etat, faire baisser les tarifs d’eau, d’électricité, de téléphone, des produits pharmaceutiques et des hydrocarbures, faire amener les prix des produits de première nécessité à un seuil compatible avec les revenus des consommateurs, procéder à la relecture des conventions collectives ( le cahier de charge prend en compte ces cinq points. Voir l’intégralité des 18 points en encadré).

Siaka Diakité croit que le caractère revendicatif que son syndicat affiche ne doit pas « nous présenter sous un jour avare et rébarbatif. Ne dit-on pas souvent revendiquer est le propre de l’homme? N’est-ce pas d’ailleurs, une loi de la dialectique ? En effet, tout ce qui n’avance pas recule. C’est pourquoi nous demeurons dans ce processus dynamique de la révolution qui éclaire le statique et lui inflige sa vertu« .

Pour sa part, le ministre Bady Ould Ganfoud a laissé entendre que l’ouverture des négociations sur le cahier de doléances de l’UNTM est la « manifestation de la volonté commune des parties que sont le gouvernement, le patronat et l’UNTM de poursuivre, à travers le dialogue et le compromis, la mise en ouvre des actions tendant à améliorer les conditions de vie et de travail des travailleurs tout en préservant la paix sociale gage d’un développement harmonieux et durable« .

Enfin, le représentant du gouvernement a salué le courage et la responsabilité avec lesquelles Siaka Diakité et ses camarades défendent les intérêts des travailleurs tout en tenant compte de la réalité de l’environnement dans lequel les négociations se déroulent.

Chahana TAKIOU

26 février 2007.