Partager

Plusieurs universités et écoles continuaient d’être occupées jeudi en Grèce et des escarmouches se poursuivaient entre des jeunes et la police aux abords de l’Ecole Polytechnique à Athènes, pour la sixième journée consécutive après la mort d’un adolescent tué par la police. Selon une source policière, 15 établissements universitaires et une centaine de lycées à Athènes et Salonique (nord) sont occupés depuis le début de la semaine par des étudiants et des jeunes, en signe de protestation contre la mort d’Alexis Grigoropoulos, tué samedi à Exarchia par un policier. Plusieurs professeurs de l’établissement ont indiqué aux médias locaux que leurs bureaux avaient été saccagés et leurs archives déchirées. La colère des jeunes Grecs est selon des observateurs le signe d’un profond malaise et d’une radicalisation de la jeunesse minée par l’insécurité économique et le chômage. Le Premier ministre grec Costas Caramanlis s’est déclaré « déterminé à renforcer le sentiment de sécurité publique et à soutenir les commerces qui ont subi des dégâts« . (Afp)