Partager


Longtemps considérée comme l’épicentre des tensions universitaires, la FSJP (Faculté des Sciences Juridiques et Politiques) est actuellement entrée dans une phase de tranquillité sous l’impulsion du ministre de tutelle et de l’administrateur provisoire Bandjoukou Gakou.

C’est dans cette logique que cette faculté a effectué la rentrée universitaire 2008-2009 au cours d’une cérémonie solennelle le vendredi 27 mars sur la colline de Badalabougou. Le cours inaugural de cette rentrée portait sur le thème : “le droit international humanitaire”.

La rencontre était présidée par le Pr Amadou Touré, ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique, en présence de Mme Sidibé Aminata Diallo, ministre de l’Education de Base, de l’Alphabétisation et des Langues Nationales, de Ibrahima N’Diaye, ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, de Mme Siby Ginette Bellegarde, Recteur de l’Université, de l’Administrateur provisoire, des professeurs et de nombreux étudiants.

L’engagement des étudiants contre la violence

Les étudiants de la FSJP, conscients des effets de la violence dans l’espace universitaire, ont porté sur les fonts baptismaux l’Association des Volontaires Contre la Violence à l’Ecole (VCVE). Cette association dont le président est Thierno Mohamed Baldé a en son sein plus de 4 000 étudiants. Elle oeuvre dans l’organisation saine des élections du bureau du comité AEEM qui est la cause de bon nombre de tensions estudiantines.

Cette association, par la voix de son président, a remercié le ministre Touré et l’Administrateur provisoire pour leur engagement en faveur de la paix et de la quiétude dans l’espace universitaire.

L’auto-discipline

La cérémonie a débuté par l’exécution de l’hymme nationale du Mali par les étudiants de ladite faculté pour démontrer qu’ils ont rompu avec la pratique de la violence. L’administratuer de la FSJP, dans son mot de bienvenue, a révélé que le personnel de la FSJP est heureux d’accueillir les membres du gouvernement, avant d’ajouter que dès son arrivée à la FSJP, les étudiants ont enterré la hache de la guerre, en instaurant l’auto-discipline via la création de l’Association Contre la Violence à l’Ecole.


Des efforts consentis

Selon Mme le Recteur de l’Université de Bamako, de gros efforts ont été consentis ces dernières années en vue d’améliorer les conditions d’études et de travail des étudiants et des enseignants. C’est dans cette suite que le lancement du plan de formation des formateurs de l’Université de Bamako est intervenu ; la création du centre d’enseignement supérieur rattaché au Rectorat et la mise à la disposition du Rectorat de nouvelles infrastructures que sont la Faculté des Sciences Economiques et Gestion (FSEG) et la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP).

A en croire le Recteur, les Facultés et Instituts en général, et la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques en particulier, sont depuis quelques années confrontées à des difficultés conjoncturelles qui ne sont pas insurmontables. Si les étudiants instauraient l’autodiscipline, en respectant le corps enseignant.

Mme le Recteur a par ailleurs invité les uns et les autres à s’engager résolument dans la voie du dialogue, afin de retrouver l’image de marque qui fut celle de l’ancienne Ecole Nationale d’Administration, structure qui a formé un grand nombre de juristes au Mali.

L’exposé du thème


Le cours inaugural qui avait pour thème :
“le droit international humanitaire”, a été brillamment exposé par le Pr Amadou Tiéoulé Diarra, un professeur chevronné et un écrivain de renom. Le professeur, dans son exposé, a fait savoir qu’en choisissant ce thème, les étudiants et le personnel de la FSJP ont pensé aux souffrances des millions de personnes vivant dans les zones de tensions à travers le monde.

Le conférencier a ensuite épluché le thème en trois points essentiels que sont : les sources du droit international humanitaire, la portée du droit international humanitaire et enfin le concept de droit international humanitaire.

Après le développement de ces trois concepts dérivant du droit international humanitaire, les différentes préoccupations relayées par l’assistance ont été répondues.


La bonne organisation des examens

Le ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique le Pr Amadou Touré a dit qu’avec l’appui des étudiants, l’administration de la faculté s’est employée à mettre fin aux inscriptions frauduleuses, à la délivrance de fausses attestations de diplômes et à l’auto promotion des étudiants dans les classes supérieures. Le ministre, en contre partie, a félicité pour cette initiative.

Il a poursuivi en disant que la tenue exemplaire des examens et la publication décentralisée des résultats sur le Net ont été largement saluées dans tous les milieux. Elle a mis les bâtiments universitaires à l’abri de toutes formes d’agression de la part de candidats malheureux et de ceux qui manoeuvraient pour le retour des vieux démons.

Le ministre, en dehors de ses félicitations à l’endroit des étudiants et de l’administrateur provisoire, a également transmis les félicitations du président de la République et du Premier ministre.

Le ministre a par ailleurs rendu un vibrant hommage au bureau de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali.


Mamoutou DIALLO

30 Mars 2009