Partager

La résidence de France a abrité, mardi dernier, un point de presse conjointement animé par Michel Reveyrand, Ambassadeur de France au Mali, et Giacomo Durazzo, chef de la Délégation de la commission européenne, à l’occasion de la présidence de la France du conseil de l’UE.

Le conseil de l’Union européenne est l’une des trois principales institutions européennes. Organe à caractère intergouvernemental, il est constitué de représentants des gouvernements.

Il est doté d’une impulsion politique et d’un pouvoir législatif, avec une présidence tournante entre les Etats membres pour un mandant de 6 mois.
Ainsi, pour l’année 2008, à la suite de la Slovénie, la France assure la présidence du Conseil depuis le 1er juillet et ce, jusqu’au 31 décembre 2008.

Michel Reveyrand-de Menthon a affirmé que le programme de la présidence française ambitionne de répondre aux différentes préoccupations, qui sont à la fois européennes et africaines. Ce programme prévoit d’assurer une dynamique politique et économique ouverte et concertée, pour faire face, entre autres, au développement du secteur agricole et à la maîtrise du phénomène migratoire.

Il dira du phénomène migratoire, priorité de la présidence française, qu’il s’agira d’inventer une politique de gestion équilibrée entre les différents pôles migratoires. Car selon lui, la migration, revue d’un côté positif, est un bon facteur de développement. Et cela est propre non seulement pour le cas des pays d’accueils, mais aussi pour les pays d’origine.

Ainsi, selon le diplomate français, la valorisation de ce phénomène passe par son institutionnalisation et la mise en pratique d’une immigration légale, qui aura pour avantage de freiner l’immigration illégale, donc d’éviter le drame humain.

Giacomo Durazzo a d’abord fait l’historique des différents accords qui existent entre l’Europe et l’Afrique. Lesquels accords ont évolué d’un partenariat économique et commercial, vers un partenariat politique basé sur une stratégie commune entre l’UE et l’Afrique.

Il a ensuite rappelé que l’UE, représentée au Mali par 7 Etats membres, plus la Délégation de la commission européenne, est le premier partenaire au développement du Mali.

Dans le cadre de ce partenariat, la communauté des Etats membres de l’UE a octroyé au Mali, seulement en dons, 1,324 milliard d’euro pour la période 2008/2011, soit plus de 50% de l’aide totale apporté au Mali.

L’UE, c’est aussi le 10ème FED, selon lui, qui a alloué un fonds de 560 millions d’euros sur une période de 6 ans, pour propulser trois domaines jugés prioritaires au Mali. Il s’agit du secteur des infrastructures, du suivi du programme de la décentralisation et de l’accompagnement de la reforme de la fonction publique.


SOUMAÏLA CAMARA

Stagiaire

10 Juillet 2008