Partager


Le renouvellement de la Commission de l’Union africaine (UA) ne sera décidé qu’au sommet de juillet prochain à Accra (Ghana). Mais les candidats doivent, eux, se déclarer bien avant. Pour la présidence et la vice-présidence, la date limite de dépôt des candidatures est fixée au 30 mars, pour les huit commissaires au 15 mai.

Effet d’entraînement ou non de la décision du président Alpha Oumar Konaré de ne pas solliciter le renouvellement de son mandat (voir J.A. n°2410), un certain nombre de commissaires sortants hésitent à se représenter.

Ainsi de la Tanzanienne Rosebud Kurwijila, en charge de l’Agriculture et de l’Economie rurale, de la Namibienne Bience Gawanas (Affaires sociales, qui lorgne la vice-présidence), de la Libyenne Nagia Mohammed Assayed (Sciences et Technologies).

Il y a aussi ceux qui se tâtent comme le directeur de cabinet de Konaré, le Nigérian John Kayode Shinkaye qu’on dit intéressé par le département des Affaires politiques jusque-là occupé par la Gambienne Julia Dolly, Joiner.

Le commissaire Paix et Sécurité, l’Algérien Saïd Djinnit, doit, lui, affronter la règle (non écrite) que certains fonctionnaires brandissent dans les couloirs de l’UA et qui limite le nombre de mandats à deux. Ils comptent, naturellement, celui que Djinnit a effectué du temps de la défunte OUA.

Source Jeune Afrique N° 24 11 du 25 au 31 Mars 2007

28 mars 2007.