Partager

Le processus de sortie de crise s’achemine inexorablement vers une paix définitive en Côte d’Ivoire. «L’année 2009 est propice à la paix en Côte d’Ivoire. L’ONUCI va très bientôt réduire son effectif de 8000 à 7000 hommes environ», a déclaré M. Choi, Représentant du Secrétaire Général de l’ONU en Cote d’Ivoire, au sortir d’une rencontre qu’il venait d’avoir avec le chef de l’Etat Ivoirien, Laurent Gbagbo.

Dans la mouvance, la force Licorne Française doit aussi être réduite de moitié (de 1800 à 900 soldats), selon un porte parole de cette force. Ce départ massif des forces impartiales du pays a été rendu possible grâce à la bonne volonté des acteurs qui se sont engagés résolument à Ouagadougou, de tout mettre en œuvre pour lever les derniers obstacles pour une sortie de crise apaisée et durable.

C’est dans ce sens, qu’un séminaire de deux jours a réuni le Secrétaire Général des Forces Nouvelles et ses hommes pour tracer les voies et moyens de mise en route du processus de redéploiement de l’administration et l’unicité des caisses de l’Etat.

Les accords complémentaires de Ouaga IV, qui prévoyaient l’unicité des caisses de l’Etat et le redéploiement progressif de l’administration, entre enfin dans sa phase d’exécution, avec le séminaire de deux jours que le Premier Ministre Guillaume Soro, vient de boucler dans son fief de Bouaké, le Mardi dernier, avec tous les acteurs du processus, engagés du côté des Forces Nouvelles.

A l’issue des travaux de restitution de la mise en œuvre de l’unicité des caisses de l’Etat, dans le cadre du 4e Accord complémentaire de Ouagadougou, il a annoncé, entre autres, la dissolution de la Centrale. La structure, jadis chargée de la collecte des taxes en zones ex-assiégées. «Nous n’avons pas peur de la dissolution de la centrale», a-t-il dit devant tous les responsables chargés de l’application des recommandations de Ouaga IV.

«Je demande donc, solennellement aux commandants de zone et aux régisseurs de s’apprêter psychologiquement, mentalement à rentrer dans le moule de l’unicité des caisses de l’Etat et que les structures de l’Etat reprennent leurs droits dans ce domaine», a-t-il dit.

A la population, il demande également de s’apprêter à renouer avec le réflexe de s’acquitter de certains impôts qui, durant sept ans n’ont pas été payés. Pour lui, c’est le sacrifice que chacun doit consentir. A travers ces propos, le Premier Ministre venait de rétrocéder les caisses de l’Etat, conformément à l’accord de Ouaga IV.

Pour lui, en créant une structure financière les Forces Nouvelles savaient qu’elle ne resterait pas éternellement. C’était pour combler un vide pendant un certain temps, a-t-il déclaré. Cependant, Soro Guillaume a regretté l’attitude de certaines personnes qui ont traité ses hommes de «prédateurs», de saprophytes ou de «sangsues».

Répondant à la préoccupation majeure de certains séminaristes, il a promis l’intégration des agents de collecte ainsi que des fonctionnaires ayant exercé dans les régies financières, issus des forces nouvelles, remplissant les critères nationaux de recrutement à la Douane et au Trésor, et qu’ils vont aussi entrer à la fonction publique. «Il ne faut pas qu’il y ait des abus. Il faudra de la rigueur. S’il y a des abus, le dossier sera indéfendable», a prévenu le Secrétaire Général.

D’autres volets étaient au centre des préoccupations des séminaristes, telles que les modalités du redéploiement de l’administration douanière. Celui-ci prend en compte une période de sensibilisation de deux semaines, des acteurs ainsi qu’une présentation des actions à mener sur le terrain. La parité, la mixité et la hiérarchisation au sein des régies financières ont été aussi proposées.

Enfin, concernant le budget de fonctionnement des structures des FN, en attendant la réunification totale, les séminaristes ont préconisé le respect des lignes budgétaires afin d’obtenir l’adhésion de tous. La gestion du budget sera confiée à une structure autonome qui veillera au respect de l’orthodoxie budgétaire, l’introduction de la transparence au niveau des effectifs, civils et militaires.

Toutes les recommandations et préoccupations ont été prises en compte par Soro Guillaume. Le Séminaire s’est déroulé en présence de toute hiérarchie militaire des forces nouvelles, y compris les commandants de zone, excepté le com’zone de Bouaké, Chérif Ousmane, convalescent.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, dit-on ! A défaut de réaliser l’unicité des caisses de l’Etat et le redéploiement de l’administration douanière avant le 15 janvier comme prévu, ce séminaire aura le mérite de booster tout le processus de sortir de crise en zone Centre – Nord – Ouest (CNO).

De Gildas correspondant du Républicain à Abidjan

09 Février 2009