Partager

Son aide s’articule autour de l’énergie, du développement rural, de l’appui institutionnel, de la justice (surtout dans le cadre du PRODEJ). Quatre ministres (Thiam de la Promotion de l’Investissement Privé, Wane des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Ganfoud de la Réforme de l’Etat et Me Fanta Sylla de la Justice) et une forte délégation d’hommes d’affaires, effectueront le déplacement du Canada. Les hommes d’affaires rencontreront le gouverneur général et auront d’autres séances de travail avec des partenaires canadiens.

Et ATT ? Quelle sera sa nouvelle trouvaille ? il aura des entretiens avec le 1er ministre Paul Martin à Ottawa. Ensemble, ils évoqueront la coopération entre le Mali et le Canada. D’autres rencontres sont prévues à Quebec et au Nouveau Brunswick.

Cette troisième visite d’Etat marque le dynamisme de la jeune diplomatie malienne, une diplomatie respectée, selon Wane, comme il l’a affirmé avant-hier sur les ondes de l’ORTM. Le Canada augmentera-t-il son volume d’aide au Mali ? Etant donné que l’aide de ce pays à l’Afrique va augmenter, le Mali ne restera sûrement pas en marge de cette nouvelle dynamique de la coopération canadienne.

Le Canada qui a un système d’administration qui ressemble à celui des Etats Unis (les Etats peuvent conclure librement des accords), peut constituer un terrain d’expérimentation pour ATT. Ce dernier a encore en mémoire l’expérience canadienne en matière de justice (Vérificateur général) et de réseau de la sécurité humaine où le Canada a aidé le Mali avant que notre pays ne lui passe le témoin de la présidence de ce réseau. Sur le terrain de la restructuration et des réformes, il faut, sans doute, s’attendre à des retombées positives au terme de cette visite d’ATT au Canada.

Issiaka SIDIBE

10 mai 2005