Partager

Le président Gnassingbé accuse l’un de ses frères de tentative de complot. La maison de Kpatcha Gnassingbé, député et ancien ministre de la Défense, a été attaquée par la police dans la nuit de dimanche à lundi. La fusillade au fusil d’assaut et à l’arme lourde a duré plusieurs heures. La maison a été en partie saccagée mais Kpatcha Gnassingbé a réussi à s’enfuir. La version officielle a ensuite été donnée par le procureur de la République. Dans une déclaration à la télévision nationale, le magistrat a évoqué une tentative d’interpellation qui a mal tourné. Il a laissé entendre que le frère du président était impliqué dans une « tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat ». Faure et Kpatcha Gnassingbé sont en train d’écrire un nouveau chapitre de l’histoire tourmentée d’une rivalité bien connue. Mais au-delà, c’est la famille qui se déchire et une fois de plus sur la scène togolaise, l’armée qui intervient, et la force qui est utilisée. Quelles seront aussi les conséquences pour la présidentielle de 2010 ? Le président Faure Gnassingbé peut-il faire machine arrière ?Le bras de fer risque de se poursuivre et le chef de l’Etat togolais joue là une partie de sa crédibilité et de son autorité. (Rfi)