Partager

Miraculé du régime militaire qui voulait l’accuser d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, l’ex-premier ministre de la transition, Soumana Sako, sillonne actuellement le territoire pour rencontrer ses nombreux supporteurs regroupés dans des clubs de soutien en vue de préparer les élections générales de 2012 et, pourquoi pas, les communales de 2009 ? Après Bougouni, Ségou, Koutiala et Sikasso, il se rendra dans la région de Mopti.

L’objectif ultime étant la création d’un parti politique afin de compétir sainement dans l’optique de la conquête du pouvoir. Dans ce contexte, l’ex-premier ministre d’ATT bénéficie d’un grand capital de sympathie accumulé à l’épreuve du pouvoir.


Demain se prépare aujourd’hui.
C’est conscient de cette vérité évidente que l’ex-premier ministre de la transition, le docteur Soumana Sako, est en train de sillonner tout le territoire pour rencontrer ses supporteurs regroupés dans des clubs et associations de soutien à la base. « Teriya ton » à Bougouni, « Association Lumière » à Sikasso, clubs de soutien ailleurs, peu importe leur appellation, on constate simplement qu’en un temps record l’oiseau a déjà fait son nid. Car, en fait, toutes ces structures sont déjà installées même si l’objectif consiste à travailler à leur ramification. Elles devront, dans un avenir proche, se prononcer sur la création du futur parti du docteur Soumana Sako. Qui envisage déjà de participer aux communales de 2009 et aux élections générales de 2012.

Ainsi, après Bougouni, c’était au tour de Koutiala et Sikasso d’accueillir le week-end dernier une forte délégation de la Convention nationale des associations de soutien à Soumana Sako (CNAS-SS). Il faut rappeler que c’est par Koutiala qu’a commencé l’implantation des clubs de soutien. Parce que c’est une ville familière au secrétaire général du bureau provisoire, Bakary Coulibaly, qui y a travaillé pendant huit ans d’abord en tant que percepteur, ensuite comme économe à l’ENSEC.

Aux dires de Mamadou Salah Koné, le secrétaire administratif du bureau provisoire et maître de cérémonie à ses heures, Koutiala compte 58 clubs de soutien à Soumana Sako. Mais Koutiala n’est plus la capitale de l’or blanc.

Avec des usines fermées et la privatisation de la CMDT, beaucoup de jeunes se sont retrouvés au chômage. La seconde ville industrielle du pays vit dans une atmosphère morose. Face à la perspective de lendemains incertains, l’homme qui présente de nouvelles idées ne peut, forcément, qu’attirer les foules. Pour les Koutialais, cet homme, c’est Soumana Sako. C’est pourquoi, ils lui ont réservé au stade municipal de la ville un accueil des plus chaleureux. Tout le Minyankala a vibré au son du balafon.

Sikasso compte 75 clubs de soutien. Dans la capitale du Kénédougou, Sako et sa suite ont rendu visite aux notabilités et aux grandes familles (Traoré, Diamounténé, Sanogo, Berthé). Partout aussi on leur a fait des bénédictions. L’ex-premier ministre a profité de ce séjour sikassois pour faire une brève excursion à Hérémakono à la frontière burkinabé.

Là on lui a soumis trois doléances : problème d’eau, construction d’un second cycle, manque de médecin. De retour à Sikasso, Soumana Sako a tenu un grand meeting à la maison du peuple remplie à ras bord et sous les coups de salve assourdissants des chasseurs traditionnels venus en masse au rendez-vous.

Dans toutes les localités visitées, le discours de Soumana Sako est invariable. Il prône « une refondation globale » de l’action publique pour bâtir un Mali nouveau. Au centre de ses préoccupations, l’école, la promotion de la femme, l’emploi des jeunes, le développement des transports, la lutte contre les sangsues du peuple.

Selon l’ex-premier ministre, à l’avènement de l’indépendance le Mali n’avait pas une seule usine, pas de médecins, pas de routes. Depuis lors, beaucoup d’entreprises ont été créées surtout par le président Modibo Kéïta, même si on est en train de les liquider actuellement. Aussi, reconnaît-il, si beaucoup a été fait, il reste encore beaucoup à faire.

Pour relever tous les défis, le docteur Sako prône la mobilisation de la jeunesse consciente autour de ses idéaux pour le plein épanouissement du Mali. Pour lui « la démocratie n’est pas une lutte fratricide. Les partis politiques doivent se donner la main pour construire. Il faut mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, quel que soit son parti « .

Au cours du meeting de Sikasso, le président de « l’association Lumière » a déclaré que 11,5 tonnes d’or d’une valeur de 44 milliards FCFA sont sorties illégalement du territoire sous le règne du général Moussa Traoré. Allusion sans doute à la croisade que menait l’ancien ministre des finances contre le trafic d’or organisé par certains dignitaires du régime militaire.

Sans confirmer ou infirmer cette déclaration, le premier ministre de la transition a déclaré que sa « tombe était creusée à Kidal ». En effet, après sa démission du gouvernement, Sékou Ly, le Goebbels du général Moussa Traoré, voulait lui faire la peau.Il monta alors de toutes pièces un dossier contenant douze chefs d’accusation contre Soumana Sako. L’un de ces griefs était particulièrement grave car il accusait l’ancien ministre des finances de vouloir fomenter un coup d’Etat.

Pendant que Moussa était en Algérie ce dossier apparemment en béton fut transmis au colonel Kafougouna Koné, alors commandant en-chef de la gendarmerie nationale pour enquête. Mais Kafougouna savait que c’était un montage grossier et que son auteur faisait preuve d’acharnement. Il n’y donna aucune suite.

Même Moussa, de retour d’Algérie ne pipa mot. Et Zou sauva sa tête au moment même où le régime militaro-fasciste du CMLN-UDPM se livrait à la chasse aux intellectuels comme Kary Dembélé, Victor Sy et autres Cyr Mathieu.

En reponse à ses détracteurs qui l’accusent d’être déjà en campagne, Soumana Sacko affirme: «des partis politiques font chaque jour beaucoup de bruit. Quand nous, nous commençons à nous installer, ils disent que nous sommes en campagne, alors que d’autres sont en campagne depuis plus de dix ans»

Mamadou Lamine DOUMBIA

Envoyé spécial

26 Novembre 2008