Partager

La radio Batè FM de Kankan, la région d’origine du président Condé, a été attaquée dimanche « par des loubards et des partisans du régime », a affirmé à l’AFP un journaliste, Abdouramane Seinkou Kaba, précisant qu’ils avaient détruit « une grande partie du matériel dont des chaises, des câbles, des micros et emporté le reste, notamment le groupe électrogène, l’antenne, les amplis, etc… » Son directeur, Moussa Diawara, recherché par les forces de sécurité pour « déstabilisation », a dû s’enfuir au Mali voisin, selon des salariés de la station. « Ils veulent maintenant nous empêcher d’émettre », a ajouté le journaliste. « C’est l’autorité politique et administrative au plus haut niveau qui a commandité cette attaque, parce qu’elle veut laver l’affront que les jeunes de Kankan ont fait subir au président de la République », a affirmé une animatrice de la radio sous couvert d’anonymat. Lors de sa première visite à Kankan depuis son élection en 2010, le chef de l’Etat a été copieusement hué la semaine dernière par des centaines de jeunes en colère. Ils lui reprochaient notamment de n’avoir rien fait pour le développement de sa région d’origine. Baté FM avait largement rendu compte de la visite du président Condé et des manifestations à son encontre. « Batè FM dérange, c’est vrai, mais c’est la meilleure station de radio, très suivie ici à Kankan », a reconnu un responsable de la police de Kankan qui a annoncé l’ouverture d’une enquête « pour essayer de retrouver les auteurs et les commanditaires ». AFP