Partager

L’opposition a estimé jeudi que le « climat d’insécurité générale » au Sénégal rendait impossible le premier tour de la présidentielle dimanche, alors que le camp présidentiel, mais aussi la communauté internationale, rejette toute idée de report. Outre la violence, le M23 dénonce les « graves dysfonctionnements des institutions de régulation » de l’élection que sont le Conseil constitutionnel et la Commission électorale nationale autonome (Céna), qui « ne permettent pas la tenue d’un scrutin libre, sincère et transparent ». Le M23 n’a cependant pas explicitement appelé dans ce communiqué à un report du scrutin, cette question faisant encore débat dans l’opposition. Pour sa part, le camp présidentiel, qui martèle qu’Abdoulaye Wade gagnera dès le premier tour, rejette catégoriquement toute idée de report en accusant ceux qui le réclament « de ne pas être prêts », d’avoir « peur de perdre ». La communauté internationale, ONU, Etats-Unis et Union européenne en tête, a de son côté lancé un appel à tous les acteurs politiques au Sénégal pour qu’ils encouragent la participation des électeurs à un scrutin libre et transparent, et sans violences. AFP.