Partager

Nous sommes au mois d’Avril dernier. Ces deux demoiselles revenaient d’une soirée bien arrosée quelque part dans un maquis de la capitale. Elles roulaient paisiblement sur le pont des Martyrs quand surgit à leur côté un motocycliste sur Yamaha 100. Les choses allèrent très vite. L’inconnu décèlera, jeta un rapide coup d’oeil sur les deux filles et s’empara prestement du sac de la celle assise à l’arrière, et accéléra.

En quelques secondes, tout était fini. La victime cria au voleur. Un autre motocycliste se joint à elles pour pourchasser l’individu ; Mais notre homme, s’il n’a déjà participé au Rallye Paris – Dakar, est quand même expert dans la conduite à moto. Il disparut sans laisser de trace.

Un cas de vol similaire fut signalé le mois dernier sur la route de Koulikoro. C’était en début de nuit. Encore une fille sur moto Jakarta se faisait arracher son téléphone des mains par un jeune homme pendant que son second conduisait. Les tentatives des personnes de bonne volonté de les rattraper restèrent vaines. En somme, cette technique de vol est entrain de se reprendre.

Que vous soyez dans un véhicule, à moto ou à pied, vous risquez d’en être victime, et les moyens d’arrêter les auteurs dans la circulation sont quasi nulles tant ils maîtrisent leurs engins à deux roues et prennent de gros risques. Ils n’hésitent pas à passer quand un feu est au rouge. Leurs éventuels poursuivants, non !

De nombreuses victimes, à l’instar de celle du Pont des Martyrs, ont fini par se confier au Commissariat de Police du 3ème Arrondissement et plus particulièrement à sa Brigade de Recherches conduite l’Inspecteur Principal Papa Mambi Keïta surnommé l’Epervier du Mandé.

Une fois la plainte enregistrée, l’enquête fut directement ouverte. Dans ce commissariat, les choses vont, pour le moins très vite. Consciente de la forte sollicitation des usagers, la hiérarchie encourage la célérité dans la gestion des dossiers.

Les enquêtes conduisirent très vite à un suspect répondant au nom de Broulaye Coulibaly sis au quartier Kalabancoro. Il fut cueilli par les hommes de l’Epervier du Mandé et conduit au Commissariat. En sa possession de sa fiancée, fut retrouvé des objets contenus dans le sac de la victime, à savoir, un flacon de parfum haut de gamme et un téléphone portable de grande marque.

Aussi, l’individu fut identifié par la victime comme l’homme à la Yamaha 100. Le fait était établi. L’homme avoua être à son deuxième coup du genre. Naturellement, les policiers voient ce chiffre à la hausse. La victime elle, est rentrée en possession d’une partie de ses objets.

Il revient, en tout état de cause, aux usagers de faire attention dans la circulation routière. Les malfrats n’ont plus besoin de se rendre chez eux à domicile. Trop risqué et trop contraignant peut-être pour eux.

Ils préfèrent les détrousser en pleine ville et disparaître sans laisser de trace ! Quant à l’Epervier du Mandé, il vient dès lors d’ouvrir un nouveau chapitre dans sa lutte contre le banditisme. maliweb. Et pour cause : cette nouvelle race de malfrats, en plus du vol proprement dit dont ils se rendent coupables, provoquent également des dégâts collatéraux dans la circulation routière.

Des accidents mortels peuvent survenir suite à l’issue leurs coups. Il conseille aux usagers d’éviter des courses-poursuites au risque de provoquer plus de mal. La meilleure option consiste à rester sur ses gardes, à pied, à moto ou en véhicule.
En bons entendeurs….

Aurore

B.S. Diarra

10 Juillet 2008