Partager

modibosidibe-4.jpg

Une ministre du gouvernement de Modibo SIDIBE n’est pas passée par quatre chemins pour s’accrocher à son fauteuil. Sa stratégie est toute simple.

Elle nomme M’baye née Thiam sœur aînée de la femme du premier ministre chargée des logements sociaux, un neveu de Modibo Sidibé au poste de conseiller technique, un chargé de mission Idrissa Moussa Traoré fils de l’ancien président de la république et enfin pour boucler la boucle elle reconduit Diaby ancien directeur administratif et financier qui a un passé troublant dans sa gestion dont nos confrères le Zénith Balé en ont fait échos en son temps. Selon nos sources le DAF Diaby serait l’homme d’affaires de Mme la ministre.

L’abeille avale le cauris

L’Adema et le RND deviennent un seul et unique parti politique. La cérémonie de «mariage politique» a eu lieu le 30 Avril à Bamako- Coura au siège de l’abeille. La lune de miel ne durera pas car l’Adema revendiquera les postes ministériels et parlementaires occupés par le RND. Maître Garba Tapo a-t-il bien réfléchi avant de se faire avaler par l’Adema ?

PNUD Mali un contre développement ?

Considération économique ostentatoire, le loyer des nouveaux bureaux du PNUD à Bamako est estimé à 9 millions de franc CFA par mois. Pour un pays en voie de développement, il est évident que cela est excessif.

C’est une question de bon sens. Cela fait 1,8 milliard (1 800 000.000 de F CFA) pour dix ans. Pourquoi ne pas investir cet argent dans la construction d’un bâtiment tout neuf. Dans le 174 pays pauvre classé sur 177 par le programme des Nations Unies cela s’appelle délinquance financière.

Sabotages des boucheries témoins

Pour amoindrir les coûts de la viande de bœuf sur les marchés, le ministre de l’élevage et de la pêche a jugé nécessaire la réouverture de boucheries témoins à travers le district. Efforts voués à l’échec puisque les bouchers ont raflé ces viandes dès la première heure de la matinée pour les revendre au marché entre 1400 F CFA et 1500 F CFA le Kg.

Informé, les initiateurs ont changé de stratégie : ne pas dépasser 2 Kg par client. Pourquoi ne pas songer à faire la même chose pour les céréales ? Et ouvrir les coopératives de vente de mil et de riz dans tous les quartiers à un prix unique.


Inter de Bamako

09 Mai 2008