Partager


Un événement émouvant s’est déroulé, le 4 février 2009, en début de soirée sur le boulevard de l’Indépendance au niveau de la Bourse du travail. Une femme, porteuse d’uniforme, sous-officier de l’armée nationale, enivrée, s’est jetée avec sa moto devant le cortège présidentiel.

jpg_femme-d2.jpgMercredi dernier aux environs de 19 h 30, quand le cortège présidentiel devait passer sur le boulevard de l’Indépendance, les policiers ont, comme d’ordinaire, bloqué toutes les voies secondaires qui mènent à « l’autoroute ». Les agents de la Compagnie de circulation routière (CCR) qui s’occupaient du goudron qui traverse le boulevard de l’Indépendance et passe derrière la Bourse du travail et le cimetière chrétien, ont eu la peur de leur vie ce jour-là.

Une porteuse d’uniforme, sous-officier de l’armée nationale, en état d’ébriété, n’a pas pu faire preuve de patience comme les autres usagers. Elle s’est lancée sur le boulevard au moment même du passage des véhicules du cortège.

Elle ne devra son salut qu’à la promptitude d’un policier qui a fait des efforts surhumains afin qu’elle ne se retrouve pas écrasée sous un véhicule du cortège. Le policier l’a poussé pour la faire tomber, ce qui a permis d’éviter de justesse une collision.

Sortie indemne, la porteuse d’uniforme qui était en tenue civile a voulu frapper le policier. Ce dernier et les autres policiers l’ont prié pour qu’elle reprenne sa moto et reparte comme si de rien n’était. Mais, elle n’a rien écouté. Elle voulait apparemment faire sa peau au policier.

Quand le lieu a été envahi de curieux, les policiers ont été obligés d’appeler Niamé Kéita, le directeur général de la police nationale. Arrivé sur le lieu, Niamé a appelé la police militaire qui s’est saisie de l’indélicate.

Sidiki Doumbia

Les Echos du 09 Février 2009