Partager

Une manifestation à proximité des bureaux du Premier ministre a été brutalement réprimée par les forces de l’ordre dimanche matin. Les manifestants voulaient protester contre le dispositif de pré-emploi, une sorte d’emploi jeune, dans l’administration publique. Dans le pays, les questions d’emplois continuent de susciter la colère de la population. Pourtant, il leur est encore compliqué de se faire entendre des autorités. Un emploi stable et mieux payé. Voilà ce que réclamaient les jeunes manifestants. Le dispositif de pré-emploi est censé aider à l’intégration de jeunes diplômés dans l’administration publique. Mais ces contrats sont moins bien payés, et l’intégration est de plus en plus difficile. C’est ce qui provoque les manifestations régulières. L’autre mouvement social important de ces derniers mois est celui des chômeurs du sud du pays. Sauf que, ces derniers jours, il est difficile de manifester. Samedi, le rassemblement des chômeurs, près de Constantine, a été annulé. Selon les organisateurs, les intimidations étaient trop nombreuses pour que la manifestation se déroule dans le calme. Même si l’on sait que les manifestations dans la capitale sont toujours rapidement dispersées par les forces de l’ordre, dimanche, à Alger, les jeunes précaires de l’administration publique ont été violemment embarqués, un à un, dans les camions de police. RFI