Partager

Une photojournaliste française, Camille Lepage, a été tuée alors qu’elle effectuait un reportage en République centrafricaine, a annoncé l’Elysée ce mardi 13 mai. La jeune femme était âgée de 26 ans. Camille Lepage était de ces journalistes qui n’ont pas peur, mais pas une tête brûlée pour autant, selon l’une des fondatrices de l’agence Hans Lucas pour qui la jeune femme travaillait. Selon sa mère, elle était animée d’une seule envie : témoigner sur des populations dont on ne parle pas et qui sont en danger. C’est ce qui l’avait amenée à se rendre au Soudan du Sud, puis en Centrafrique. C’est une patrouille de la force Sangaris qui a fait la macabre découverte, lors du contrôle d’un convoi de pick-up sur la route entre Bouar et Baboua, à l’extrême ouest de la Centrafrique, au niveau du village de Fembélé, précisément. Dans l’un de ces pick-up, qui était conduit par plusieurs hommes armés présentés comme des anti-balaka, se trouvaient cinq corps inanimés, dont celui de la photojournaliste. Les occupants du pick-up n’ont opposé aucune résistance. Ils ont été conduits à Bangui pour être entendus par la police judiciaire de la force africaine de la Misca et des gendarmes français présents sur place. Le corps de Camille Lepage a été acheminé à Bouar pour être ramené par avion vers la capitale centrafricaine dans la matinée. Une enquête a été dilligentée sur place, a annoncé Romain Nadal, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. RFI