Partager

Le Dimanche 31 Mai 2021, la Web Tv Kunafoni.com annonçait la triste nouvelle de la disparition  de sa Promotrice et Directrice Générale Mme Togola Hawa Semega. Elle a succombé en donnant vie à son bébé. Suite à cet événement, cette image est devenue très virale sur les réseaux sociaux. Selon celles qui la postent, l’une des causes de sa publication, est de rendre hommage aux femmes qui ont perdu la vie lors de leur accouchement. 

L’image n’est pas réalisée de façon anodine. Le haut symbolise la femme et le bas, la carte d’Afrique. Le côté ouest de la carte qui donne une image ballonnée, symbolise l’état de la grossesse de la femme. Elle a été produite pour glorifier, magnifier et rendre hommage aux femmes enceintes décédées. Juliette Coulibaly est une internaute qui a posté cette image sur tous ses comptes. Elle avance l’argument selon lequel, c’est un hommage aux femmes enceintes décédées notamment à Mme Togola Hawa Semega. « C’est pour rendre hommage aux femmes enceintes  décédées au cours de leur l’accouchement plus précisément à la promotrice et directrice de kunafoni.Com », dit-elle. 

Awa Tounkara a posté cette image avec une autre pensée derrière la tête , différente d’un simple hommage. Pour elle, cette représentation met en exergue les maux des femmes noires enceintes. « Elle montre que les femmes noires souffrent durant leurs prises en charge jusqu’à l’accouchement. Contrairement aux blancs,  nous ne sommes pas chouchoutées pendant notre grossesse par nos maris. Beaucoup d’entre nous, meurent à cause de la médecine non développée.Pour résumer, selon moi, les femmes enceintes en Afrique ont 60 % de chance de perdre la vie lors de leur accouchement»signale-t-elle.

Que disent les docteurs face à cette affirmation ?

A la réponse à cette question, les agents de santé affirment que les femmes enceintes meurent plus dans les pays à revenus faibles. D’après eux, plusieurs femmes meurent durant l’accouchement dans le monde surtout en Afrique. Et ces mortalités sont liées à plusieurs facteurs. « Selon l’Organisation Mondiale de la Santé( OMS), environ 830 femmes meurent chaque jours du fait des complications liées à la grossesse ou à l’accouchement. En 2015, Elle( OMS) a publié un rapport dans lequel Trois cent trois mille femmes sont décédées pendant la grossesse ou après l’accouchement.L’ensemble des complications qui représente 75 % des décès maternels sont causés par : les hémorragies sévères au cours de l’accouchement ou durant la grossesse, les infections au cours de l’accouchement ou après, ou encore durant la grossesse, l’hypertension artérielle, les avortements qui sont pratiqués dans les mauvaises conditions etc. Une étude menée dans l’hôpital régional de Segou de 2005 à 2008, a été publiée dans le journal Mali Médical. Durant ces quatre ans, elle a recensé 138 cas de décès maternels parmi 7.272 grossesses »; a précisé Dr Tamega Abdoulaye. 

Selon le Dr Tamega Abdoulaye, le mal est certes profond et difficile à vaincre dans certains pays comme le Mali, mais il existe une solution envisageable. « Il faut un suivi prénatal, Un suivi adapté dans les structures spécialisées avec le plateau technique bien adapté pour réduire le cas de ces mortalités. Il faut éviter légalement l’avortement.  L’Etat a aussi un rôle à jouer. Il doit veiller sur la multiplication des hôpitaux au Mali, au renforcement des matériels médicaux et au professionnalisme des agents de santé. Et dans les zones reculées, un accès facile aux soins doit être accordé aux femmes enceintes ainsi que dans certaines grandes villes »; a-t-il conclu. 

Les femmes attendent toujours que ces réalisations et ces vœux soient une réalité le plus vite possible. Selon elles, cela permettrait de diminuer le taux de mortalités des femmes enceintes.

Adama Sanogo

@Afribone