Partager

Une fillette a été tuée, 32 Casques bleus indiens et deux civils ont été blessés mardi à Goma dans l’est de la République démocratique du Congo, par une explosion qui pourrait être d’origine criminelle. L’explosion a eu lieu peu avant 6h30 locale (4h30 GMT), selon des témoins. « Il s’agit d’un engin explosif » dont l’origine n’est pas encore connu, a déclaré à l’AFP dans la soirée Charles-Antoine Bambara, porte-parole de la Mission de l’ONU en RDC (Monusco). Le nouveau bilan de cette explosion qui a eu lieu au passage des Casques bleus indiens est de « 32 casques bleus blessés » ainsi que « deux civils » et « un enfant tué ». Selon une source proche de la Monusco ayant requis l’anonymat, cette « attaque visait délibérément les Casques bleus au moment où ils étaient sans armes » expliquant que « l’engin explosif artisanal caché dans un bidon était commandé à distance ». Plusieurs heures après cette explosion, une flaque de sang achevait de sécher sur la route en terre noire du quartier Kyeshero où a eu lieu le drame, ont constaté des journalistes de l’AFP. Sur place, un groupe d’enfants a montré aux journalistes une dizaine de boulons tordus ainsi que de petites billes de métal. Les enfants ont assuré n’avoir jamais trouvé auparavant d’objets métalliques de ce genre à cet endroit. Santas Acenti Foruguta, gardien du chantier de la cathédrale catholique en construction à proximité dit avoir fui au bruit de l’explosion alors qu’il se trouvait derrière la palissade du chantier. Revenu peu après, il dit avoir vu des Casques bleus indiens « charger des blessés en tenue de sport dans leurs véhicules avant de repartir », sans s’occuper d’une fillette de 7 ans, fauchée alors qu’elle se rendait à l’école. Ndeko Bofole, un riverain, dit être accouru peu après l’explosion et avoir vu un militaire indien « amputé d’une jambe ». « Les autres étaient blessés aux bras, au cou, comme si des couteaux avaient percé leurs corps », a-t-il ajouté. Des témoins ont indiqué à l’AFP qu’après le drame, des morceaux de métal jonchaient le sol dans un rayon de dix mètres.
AFP