Partager

Au Mémorial Modibo Kéita, une conférence de presse sur les avancées réalisées en matière de décentralisation en 2006 au Mali, organisée par le réseau « Réussir la décentralisation du Mali » vient d’avoir lieu.

Etaient présents, les principaux acteurs des groupes locaux qui ont salué le rôle joué l’an passé par la presse, grâce à laquelle la situation juridique a pu évoluer.

En effet, en 2006, le gouvernement a adopté la Loi d’orientation agricole, ainsi que les décrets d’application de la Charte pastorale et d’intercommunalité.

Ces trois textes, élaborés avec l’aide des acteurs du réseau, ont été traduits dans cinq langues nationales. Ils prennent en compte une forte attente populaire et ont été expliqués aux populations.

Chaque texte porte sur un aspect précis : définition des grands principes de l’agriculture décentralisée (développer, moderniser, et sécuriser), encadrement du développement pastoral et réglementation de la gestion intercommunale (coopération entre les collectivités territoriales voisines).

Des sujets pour le moins cruciaux dans le processus de décentralisation, souvent source de flou et de conflits agricoles.

Tous ces instruments ont été examinés au sein des Conventions nationales qualifiées de « bon auxiliaire de la justice » venant rappeler les règles coutumières de gestion et compléter le dispositif légal étatique en assouplissant la loi.

Dans les prochains mois, une publication faisant l’état des lieux de chaque Convention devrait être éditée, pour permettre à tous de mesurer le travail accompli.

Le programme « Réussir la décentralisation », mis en place en 2000, opérationnel au Mali depuis 2001, est également présent au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal.

_ « Réussir la décentralisation », appuyer positivement la décentralisation sahélienne en générant et en partageant des connaissances sur la décentralisation territoriale et sur la gestion décentralisée des ressources naturelles, sont quelques missions que s’assigne également le réseau.

Gestion durable, équitable et efficace des ressources pour que la décentralisation profite à la vie quotidienne de la population, et que les conflits soient évités, sont quelques objectifs que s’assigne également le réseau.

Sur le terrain, dialogue, mise en commun et renforcement des compétences ainsi que des capacités des communautés et des membres du réseau sont le credo du réseau.

Le réseau réalise plusieurs fois chaque année, dans 150 communes du Mali, un suivi rigoureux de l’évolution des situations sur des thèmes précis comme autosuffisance alimentaire ou financière, conflits…

Résultats sont régulièrement communiqués aux décideurs gouvernementaux pour réduire les risques de mauvaises décisions tenant parfois à l’ignorance de ce qui se passe réellement sur le terrain.

Pour 2007, une étude sur l’amélioration ou la dégradation de la situation des femmes depuis le début de la décentralisation est prévue.

15 février 2007.