Partager

Le second tour de la présidentielle malienne s’est finalement déroulé hier dimanche 11 août. Ils étaient environ 6,8 millions d’électeurs appelés aux urnes pour départager les deux candidats qui ont engrangé la majorité des suffrages exprimés au premier tour. Il s’agit du candidat du RPM, IBK arrivé en tête avec 39, 7% suivi du candidat de l’URD, Soumaïla Cissé qui avait obtenu 19,7%. A Bamako, comme partout à l’intérieur du pays, les différents bureaux de vote ont ouvert à 8h00mn.

La forte mobilisation constatée au premier tour du scrutin présidentiel qui a permis au pays d’atteindre un taux de participation jamais égalé depuis l’instauration du multipartisme (48,98%), a été quelque peu entachée sans doute à cause de la quantité importante de pluie tombée sur la capitale tôt le matin ou peut être que l’enjeu n’était plus le même car seuls deux candidats étaient en lice.

Comme prévu, les Maliens ont finalement voté pour le second tour de l’élection présidentielle qui s’est tenue ce dimanche 11 août. Dans plusieurs bureaux de vote que nous avons pu visiter le moins que l’on puisse dire c’est que l’affluence n’était pas véritablement au rendez-vous. Par ailleurs, l’organisation des opérations électorales semblait sans faille. Les personnels d’opération de vote, les assesseurs, les scrutateurs de la commission électorale, les représentants des deux candidats en lice, les délégués de la Cour Constitutionnelle, étaient aussi bien présents à l’heure. Le matériel de vote a été acheminé dans tous les bureaux de vote la veille même du scrutin pour permettre aux électeurs de voter dans de bonnes conditions. Listes des électeurs, urnes scellées, isoloirs en carton, bulletins de vote… Rien n’avait été laissé au hasard. Les observateurs faisaient également des va et vient incessants dans les centres de vote pour veiller au bon déroulement des opérations de vote. Autre fait qu’il convient de souligner, c’est la présence de quelques agents dépêchés par la Délégation Générale aux élections pour l’orientation des électeurs qui ne retrouvaient pas leur bureau de vote facilement.

Dans la rue, comme dans la cour des centres de vote, nombre de personnes affichaient un grand sourire en montrant le bout de l’index violet prouvant qu’ils avaient effectué leur devoir civique. Après plus d’une année de crise engendrée par la rébellion touareg ainsi que les événements du 22 mars, électeurs et électrices affichaient leur fierté et leur joie d’effectuer leur devoir de citoyens. C’est ainsi qu’ils s’exprimaient en des termes tels que: « Aujourd’hui, c’est la fête au Mali », « pendant si longtemps nous avons attendu ce jour », disaient les uns; « oui, c’est l’aboutissement de notre aspiration profonde », « c’est la première fois que je suis aussi heureux », « nous allons rebâtir un nouveau Mali et une grande démocratie », disaient les autres.

Dans de nombreux bureaux de vote, on arrivait souvent en famille au centre électoral, avant de se séparer au moment du vote avec une priorité accordée aux personnes âgées et aux handicapés. Cherchant à faire gagner leur candidat, certains individus malhonnêtes ont été appréhendés alors qu’ils procédaient à des fraudes électorales. Ce fut le cas au centre de vote de Simagha 2 du quartier de Badalabougou au bureau N°14 où un électeur tentait de glisser plusieurs spécimens de bulletins de vote dans l’urne. Il a pu être appréhendé et conduit au commissariat du 4ème arrondissement. D’autres cas similaires, nous ont été rapportés dans d’autres bureaux de vote.

Malgré le sourire aux lèvres et la fierté affichée par les électeurs aussi bien dans les rangs ou après avoir effectué leur devoir de citoyen, la mobilisation n’a pas été aussi impressionnante qu’au premier tour. Certes moins nombreux, les électeurs étaient cependant déterminés à relever le défi du renouveau démocratique. Tous ont ainsi contribué au bon déroulement de cette présidentielle, qui, selon eux, ne fera que renforcer la démocratie dans le pays.

Les différentes forces armées étaient bien présentes pour veiller à la sécurité des opérations de vote et faire en sorte que le processus électoral ne puisse pas être perturbé. Pour certains observateurs, l’affluence au second tour a été affectée par de multiples raisons dont la pluie qui tombait en trombe, le manque d’enjeux par rapport au premier tour où 27 candidats étaient dans la course, et le non-respect des consignes de vote données par les candidats malheureux. D’une manière générale, ce scrutin a été sans aucun doute mieux organisé que le premier tour dont des insuffisances et des couacs ont considérablement perturbé son bon déroulement.

Massiré DIOP


Le vote des maliens de l’extérieur : Le vote à Paris

A Paris, c’est un peu avant 9h que les bureaux du consulat malien, à Bagnolet, ont pu accueillir les tous premiers votants. Un peu de retard et pas mal de cafouillages qui exaspèrent et créent quelques tensions.

Plusieurs électeurs sont repartis, furieux, sans avoir pu voter. Beaucoup n’ont pas reçu ou retiré leur carte Nina ; d’autres l’ont, mais ne figurent sur aucune liste ; d’autres enfin, sont redirigés vers l’un des 106 bureaux installés en Ile-de-France.

Malgré tout, l’organisation est meilleure que lors du premier tour qui avait connu » beaucoup d’insuffisances « , reconnaît Mahamadou Cissé, observateur du scrutin. A l’ambassade du Mali, dans le 6e arrondissement, le scrutin se déroule dans la sérénité. Seize bureaux de vote installés sous tente ou dans les cages d’escaliers. La majorité des personnes interrogées se dit satisfaite du déroulement de l’élection. En France, le taux de participation du premier tour avait atteint 19,52% des 30 354 électeurs inscrits

190 bureaux repartis à travers la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire accueille la plus importante communauté d’expatriés maliens au monde. Ils sont venus nombreux pour aller voter dans les différents quartiers d’Abidjan et un peu partout à travers le pays. Sur l’ensemble du territoire, 190 bureaux ont été mis gracieusement à disposition par les autorités ivoiriennes. Le vote s’est déroulé globalement dans le calme. Seul incident à signaler, un militant du RPM, qui a été interpellé à Adjamé en possession d’une centaine de cartes d’électeurs. Il a été appréhendé par la gendarmerie ivoirienne.

50 000 réfugiés se sont aussi mobilisés au Burkina

Le scrutin est en principe ouvert aux réfugiés maliens, notamment aux 50 000 qui se trouvent dans le camp de Saniogo, au Burkina Faso. Là, comme pour le premier tour, le vote s’est déroulé mal : la majorité des réfugiés n’ont pas pu s’exprimer.

A Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, la situation s’est par contre améliorée par rapport au premier tour. Les expatriés maliens ont pu aller voter dans le calme, dans l’ambassade du Mali. Les 2000 électeurs présents dans cette ville ont bénéficié de l’aide de volontaires mais aussi de moyens mis à disposition par les candidats, comme des minibus, pour guider leurs sympathisants vers les bureaux.

Dr Hamed Sow appelle :Les candidats à respecter le verdict des urnes

Me 2ème tour de l’élection présidentielle s’est déroulé sans incident dans le district de Bamako, hier. Le candidat du Rassemblement travailliste pour le développement (RTD), Dr Hamed Sow a voté hier au compte du second tour dans son centre sis à Quinzambougou. Il s’est félicité du bon déroulement du scrutin. Par contre, Dr Sow a constaté une faible affluence qu’il a imputé à la pluie qui a arrosé cette partie de la capitale.

Il a exprimé le souhait que cette affluence soit au rendez vous à l’intérieur du pays pour permettre à notre pays de réussir ce scrutin en atteignant le taux de participation du 1er tour. Il a lancé un appel aux deux candidats en lice à savoir Ibrahim Boubacar Kéïta et Soumaïla Cissé à respecter le verdict des urnes en vue d’épargner à notre pays une crise postélectorale.

Il faut rappeler que Dr Hamed Sow avait appelé ses partisans à voter IBK pour ce 2ème tour.

Racine Seydou exhorte les deux candidats à mettre le Mali en avant

Le candidat de la Convergence d’Action pour le Peuple (Cap) Racine Seydou Thiam toujours égal à lui-même, n’a pas manqué de saluer l’état d’esprit des Maliens lors du deuxième tour du scrutin présidentiel qui s’est déroulé hier dimanche sur toute l’étendue du territoire national.

Celui qui est considéré comme l’ami des journalistes a également félicité les autorités maliennes pour les efforts déployés pour la réussite de ce deuxième tour, avant de souhaiter que la proclamation se passe dans la plus grande transparence. Pour finir, Racine Seydou Thiam a exhorté les deux candidats à respecter le choix des urnes en privilégiant le Mali d’abord : « j’appelle les deux candidats à se soumettre au résultat et à mettre en avance le Mali « a-t-il déclaré.

Rassemblés par A.B.HAÏDARA

L’Indépendant du 12 août 2013.