Partager

1-24.jpgAhmed est un homme cruel qui a une mauvaise réputation tant chez lui que dans son quartier. Il n’hésitait pas à violenter horriblement sa femme comme si elle était son ennemi. Et pourtant, le couple n’avait jamais envisagé le divorce. Ahmed et Warda ont continué à vivre ensemble. Malheureusement, la cruauté d’Ahmed ne pouvait laisser sa femme indifférente. Au contraire, elle avait décidé de porter plainte contre lui.

Arrêté, Ahmed a été jugé coupable pour maltraitance envers Warda et a été condamné à une peine d’emprisonnement de six mois ferme.

Incarcéré à la prison d’Oukacha, il ne recevait la visite que d’un ami intime. Sa femme n’ai jamais allé rendre visite, lui porter de quoi manger, ou lui acheter quoi que ce soit à la prison. C’est comme si elle le punissait de son côté.

Au fil du temps, Ahmed a été informé que Warda avait une relation avec deux de ses amis. Pourquoi le trompait-elle ? Pour se venger de lui ?

Ahmed ne fermait plus l’œil de la nuit. Les mauvaises idées le hantaient. « Que dois-je faire ? », se demandait-il à chaque moment sans trouver la moindre réponse. Un de ses amis restés fidèle, lui rendait visite et tentait de le calmer. Il lui a conseillé de répudier sa femme. Aussitôt relâché, Ahmed a commencé à suivre son ancien ami, Hassan, devenu amant de sa femme lors de son incarcération. Il le guettait sans cesse pour saisir l’occasion de le tuer.

Mercredi 30 avril. Ahmed vit Hassan se promener le long de la plage d’Aïn Diab. Il le suivit. Quand Hassan s’est installé dans un coin à l’écart, pour consommer sa bouteille d’alcool à l’abri des regards, Ahmed est resté à l’affût, attendant la tombée de la nuit. Après quoi, il s’est jeté sur Hassan, couteau au poing. Ivre, Hassan n’opposa aucune résistance. Ahmed l’égorgea comme un mouton avant de se saisir d’une lourde pierre pour fracasser le crâne de son ex compagnon. Sa rage tombé, il quitta les lieux. À mi-chemin, il décida brusquement de revenir sur ses pas. Le cadavre de Hassan était toujours là, jeté sur la plage. Se rassurant que personne ne le remarquait, Ahmed dénuda le corps de sa victime et se servit à nouveau de son couteau pour mutiler son appareil génital.

Le cadavre de Hassan ne fut découvert que vingt-quatre heures plus tard. La police judiciaire de Casablanca-Anfa a été alertée par un coup de téléphone. Dépêchée sur les lieux, elle et a diligenté une enquête minutieuse qui a abouti, quelques jours après ses méfaits, à l’arrestation d’Ahmed à Médiouna. Il a avoué son crime, affirmant aux enquêteurs avoir assassiné Hassan par vengeance. Il alla même à leur faire part de son intention de tuer également son épouse et son autre amant auquel il réservait le même sort : l’émasculation. « Malheureusement – confia-t-il précisé aux enquêteurs et sans exprimer le moindre regret – il n’avait pas eu suffisamment de temps pour exécuter son plan ».

Source : Aujourd’hui le Maroc

14 mai 2008