Partager

Un responsable du syndicat national des mines (NUM), employé du groupe britannique Lonmin, a été tué en plein jour et un autre blessé lundi par des hommes armés à Marikana, la mine de platine sud-africaine théâtre l’an dernier d’une longue grève meurtrière, a-t-on appris auprès du NUM. Ni la police, ni Lonmin n’étaient joignables dans un premier temps. Interrogé par nos soins, pour savoir s’il suspectait un syndicat adverse, le secrétaire général du NUM Frans Baleni a répondu: « Je ne veux pas spéculer, mais tout est possible ». La fusillade a lieu moins d’une semaine après un appel solennel du président sud-africain Jacob Zuma pour éviter un nouvel embrasement social, notamment dans le secteur minier, première source de revenu à l’exportation, alors que l’économie nationale connaît un inquiétant ralentissement. Les rivalités syndicales n’ont jamais véritablement cessé, alors qu’une commission d’enquête est toujours en cours pour faire la lumière sur les violences de l’an dernier. Il y a eu trois meurtres le week-end du 11 et 12 mai dans la région de Marikana, dont une figure locale d’Amcu. AFP.