Partager

Un partisan du président congolais Joseph Kabila a accusé mardi son adversaire Moïse Katumbi, qui affirme avoir été empêché de rentrer en République démocratique du Congo pour se présenter à l’élection présidentielle, d’avoir une « identité confuse ».« Moïse Katumbi a une identité confuse du fait d’avoir renoncé à la nationalité italienne sans avoir fait une quelconque démarche de recouvrement de la nationalité congolaise auprès du gouvernement », a déclaré à la presse le porte-parole de la Majorité présidentielle, André-Alain Atundu. L’avocat parisien de M. Katumbi, Eric Dupond-Moretti, a réfuté cette accusation de double nationalité, interdite par la loi congolaise. Par ailleurs, les partisans de l’ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba ont mis en garde contre l’invalidation de sa candidature à l’élection prévue le 23 décembre.Joseph Kabila, qui ne peut pas se représenter, a désigné un dauphin, laissant espérer par sa décision de respecter la Constitution un apaisement dans le processus électoral. Plusieurs mouvements citoyens se sont néanmoins inquiétés mardi dans un communiqué « d’un processus électoral chaotique qui est loin de garantir la transparence et la liberté de vote ».Enfin, la commission électorale a indiqué qu’elle ne solliciterait pas l’assistance technique de la Monusco.AFP.