Partager

Ce fut le cas de cet homme qui en a fait les frais la semaine dernière. En quoi consiste cette technique ? Qu’est-il arrivé à notre bonhomme?

Personne ne peut nier l’importance de la téléphonie mobile dans les activités professionnelles. Elle demeure l’outil de travail le plus sûr, rapide et efficace. Surtout qu’il est facile de contacter son partenaire en affaires partout et le moment voulu sans se déplacer. Si la téléphonie mobile n’existait pas dans notre pays, il fallait donc la créer.

Pourtant, la téléphonie mobile commence à avoir une face cachée, puisque l’outil de travail devient un moyen de séduction dans les mains de nos soeurs. Qu’elles soient mariées ou célibataires, chacune d’elles se bat pour en posséder. Avec un portable, on peut facilement communiquer avec son copin ou prendre un rendez-vous loin de tout regard indiscret. Au-delà, le cellulaire facilite la conquête d’un nouveau amant.

Certaines de nos soeurs envoient des messages d’amour par SMS à des hommes qu’elles ne connaissent pas le plus souvent. D’autres se contentent de “biper”. Et quand l’interlocuteur répond, le pont est établi, surtout si celui-ci est un bon dragueur. Et c’est bonjour le RV quelque part à Bamako.

Cependant, il semble que ces méthodes montrent leurs limites, puisque les hommes ne tombent plus fréquemment dans leur panneau. Cela se comprend si l’on sait que dans ce jeu d’invisibilité, il se trouve qu’après découverte, certains hommes se rendent compte que la fille n’est pas de leur goût. Même si sa voix faisait rêver debout.

Alors, convaincues que les hommes ne sont plus prêts à acheter des juments au bruit de leurs sabots, des jeunes filles ont inventé une nouvelle technique. Elles écrivent le numéro de leur portable sur le dos, précisément au niveau de la ceinture et portent des tee-shirt “body” pour que cela soit lisible. Mais, pour mieux faire leur offre au public, celles qui ont des motos Jakarta, ont une façon particulière de s’asseoir. C’est ce qu’elles appellent “Jèkè” ou poisson. La technique consiste à s’asseoir sur la moto et à casser le dos de sorte que le body ne couvre pas entièrement le corps, laissant ainsi découvrir le numéro du portable accompagné du message: “Appelle-moi !”.

Cette méthode a l’avantage de permettre de bien apprécier physiquement la fille, tout en facilitant le choix. Et tout homme qui relève un numéro peut volontiers appeler. En tout état de cause, relever le numéro afin d’appeler peut conduire au malheur.

En effet, en début de semaine dernière, un homme, à peine la quarantaine dépassée, aperçut une fille sur une moto Jakarta. La fille avait écrit son numéro de portable au niveau de sa ceinture. De derrière, l’homme l’a aperçu. Aussitôt, il prit son cellulaire et se mit à relever le numéro.

Malheureusement, pendant qu’il accomplissait ce geste, voilà que sa voiture vint cogner la moto de la fille qui stoppa. Interpellé par elle, le bonhomme, en don juan, demanda à la fille de lui pardonner, en expliquand qu’il était en train d’enregistrer son numéro. Excuses acceptées, les deux personnes ont échangé les numéros. C’est d’ailleurs ce qu’ellles cherchaient toutes. Et le RV est pris.

Où va donc ce pays?

Oumar SIDIBE / nh

31 juillet 2006