Partager

L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti du chef historique de la rébellion touareg du Niger, Rhissa Ag Boula, souhaite des négociations en vue de mettre fin au conflit qui prend, selon elle, des « proportions dramatiques » dans le nord du Niger. « Convaincus des vertus de la négociation, nous demandons aux parties en conflit de privilégier le dialogue franc et sincère pour une solution rapide et définitive de ces douloureux et meurtriers affrontements », indiqué l’UDPS. Depuis le début 2007 des affrontements meurtriers opposent l’armée gouvernementale et les rebelles touaregs du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ) dans le nord désertique du pays qui abrite l’essentiel de la communauté touareg ainsi que les mines d’uramium. Niamey refuse de négocier avec les chefs du MNJ qu’il qualifie de « bandits armés » et de « trafiquants de drogue ». « Le Niger préoccupé par la lutte contre la pauvreté endémique de sa population n’a ni le temps ni les moyens à consacrer à ce conflit fratricide et injustifié« , affirme l’UDPS. (Afp)