Partager

La police zambienne a libéré jeudi Savior Chishimba, leader d’une petite formation politique très critique du pouvoir arrêté jeudi dernier, sans engager de poursuites contre lui, a indiqué son parti. « La police l’avait accusé d’avoir diffamé le président mais ils ont décidé d’abandonner l’affaire. C’est un homme libre », a-t-elle poursuivi .La Zambie a instauré mi-juillet l’état d’urgence pour trois mois à la suite d’une série d’incendies criminels attribués à l’opposition. Ce petit pays d’Afrique australe a connu une relative stabilité jusqu’aux élections d’août 2016, marquées par plusieurs incidents violents entre partisans politiques rivaux. M. Lungu a remporté de justesse ce scrutin, devançant le chef de l’UPND, Hakainde Hichilema, de seulement 100.000 voix. Ce dernier est détenu depuis avril pour avoir tenté d’entraver le passage du convoi présidentiel. Il est poursuivi pour trahison, un crime passible de la peine de mort. Son procès doit s’ouvrir lundi à Lusaka. Ces tensions politiques inquiètent la société civile zambienne qui dénoncent les dérives autoritaires du président Lungu. AFP.