Partager

Un homme a été tué samedi soir en marge des violents conflits sociaux qui agitent le secteur des mines en Afrique du Sud depuis l’été dernier. L’homme a été tué dans la maison de son cousin syndicaliste, apparemment en lieu et place de celui-ci, « dans ce qui semble être une erreur d’identité », a déclaré dimanche le porte-parole du syndicat national des mineurs (NUM), Lesiba Seshoka. Les grévistes expriment une vive défiance envers le NUM, accusé d’être trop proche du pouvoir et du patronat. Le meurtre a eu lieu à Marikana, une ville du nord-ouest de l’Afrique du Sud, où le conflit social pour de meilleurs salaires a déjà fait 46 morts. Dans la ville minière voisine de Rustenburg, la tension est restée palpable avec l’annonce par les syndicats de leur intention de porter plainte lundi contre les forces de l’ordre, pour meurtre et tentatives de meurtres, après la mort jeudi de l’un de leurs collègues. L’homme a été identifié par les mineurs comme étant Mtshunquleni Qakamba, âgé de 48 ans, bien que la police n’ait confirmé ni son identité, ni les causes du décès. Le jour suivant la mort de ce mineur, Amplats, numéro un mondial du platine, avait officiellement licencié 12.000 de ses 28.000 travailleurs grévistes, leur reprochant de ne pas s’être rendus à des audiences disciplinaires. AFP