Partager

Un manifestant a été tué par balle mercredi lors de heurts avec les forces de l’ordre au cours d’une manifestation anti-gouvernementale à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source hospitalière. « Cette personne a été tuée par une balle qui est entrée par le dos sans sortir de son corps », a déclaré à l’AFP le Dr Jérémie Muhindo de l’hôpital de Beni, où plusieurs centaines de personnes manifestaient contre l’inaction des autorités contre les violences qui touchent la région depuis deux ans. « Un jeune homme a été tué par un policier près de la rivière Kilokwa », a confirmé à l’AFP le président de la société civile de Beni Gilbert Kambale. Le territoire de Beni et ses environs sont en proie à une série de massacres principalement à l’arme blanche, ayant causé la mort de plus de 650 personnes depuis octobre 2014. La dernière tuerie d’envergure a vu 51 civils tués dans la nuit de samedi à dimanche dans des quartiers nord de Beni, à la lisière du parc de Virunga, repaire des rebelles ougandais de Forces démocratiques alliées (ADF), selon un bilan de la société civile de Beni. Le gouvernement évalue de son côté le total des morts à 42. La société civile de Beni avait décrété trois journées « ville morte » à partir de lundi. Les manifestants avaient noué autour de leurs têtes des étoffes tatouées « Amani » (paix, en swahili), pour clôturer le deuil. En visite-éclair à Beni mardi, le Premier ministre congolais Augustin Matata a été hué par la foule qui l’a appelé à la démission, en accusant les autorités de n’avoir pas protégé la population contre ce danger « bien identifié ». Une version partiellement remise en cause par des experts qui imputent également une part de responsabilité à des soldats de l’armée régulière. AFP