Partager

Un jeune homme est décédé après avoir été renversé par un véhicule lors de la dispersion par la police mardi soir à Dakar d’un rassemblement de plusieurs milliers d’opposants venus contester la candidature du chef de l’État Abdoulaye Wade à la présidentielle de février. A l’appel de l’opposition et de la société civile, regroupées au sein du M23, des milliers de personnes s’étaient regroupées mardi après-midi sur l’esplanade de la Place de l’Obélisque. La manifestation s’est déroulée sans aucun incident jusque vers 18H30, sous la surveillance d’un cordon d’environ 150 policiers anti-émeute, en présence d’au moins 5 candidats d’opposition à la présidentielle ainsi que d’Alioune Tine, figure de la société civile et coordonnateur du M23. Pour le M23, la candidature de Wade est un « coup d’État constitutionnel », arguant qu’il a épuisé ses 2 mandats légaux, ce que récusent les partisans de Wade, selon qui il est en droit de se représenter après des modifications de la Constitution. L’UE a « condamné dans les termes les plus forts tous les actes de violence » et appelé « toutes les parties à faire preuve de retenue et à opter pour le dialogue, dans l’intérêt de la tenue d’élections pacifiques, libres et équitables ». AFP.