Partager

Un homme a été tué et six personnes blessées par balles lundi à Kisumu, dans l’ouest du Kenya, lorsque la police a dispersé une manifestation de l’opposition réclamant la dissolution de la commission électorale, selon des témoins et la Croix-Rouge. Une trace de blessure par balle était visible sur le corps du mort, qui a été placé par des jeunes devant la morgue d’un hôpital de Kisumu, selon un correspondant de l’AFP. Plusieurs manifestants ont affirmé qu’il avait été victime des tirs de la police, qui n’a pas réagi à ces accusations. « Ce n’est pas juste. La police ne peut pas tirer sur les gens à chaque fois qu’ils exercent leurs droits. Cet homme a été tué par balles alors qu’il manifestait », a affirmé un des manifestants, Michael Omondi, depuis cette ville acquise à l’opposition et jouxtant le lac Victoria. L’opposition avait décidé le 25 mai de suspendre les manifestations pour ouvrir le dialogue avec le gouvernement. Mais les discussions n’ont pas abouti et la coalition d’opposition (Cord) a décidé de retourner dans la rue. Sitôt l’annonce de la Haute cour, des manifestants se sont rassemblés en fin de matinée à Uhuru Park, au centre de Nairobi, où ils attendaient d’être rejoints par les dirigeants de l’opposition pour marcher vers les locaux de la Commission électorale. AFP