Partager

Le 11ème arrondissement vient d’éventer une tentative d’assassinat. Le commanditaire, un guide touristique, et son homme de main, un marabout, ont été neutralisés au moment où leur plan d’éliminer une Espagnole était déjà dans sa phase d’exécution.

L’affaire remonte à trois ans, quand une touriste de nationalité espagnole a fait la connaissance d’un guide touristique dogon. Elle s’était liée d’amitié avec ce dernier et, par la suite, elle décida de s’établir au Mali. Et c’est dans cette logique qu’à partir d’Espagne, elle envoyait d’importantes sommes d’argent au jeune guide, qui, plus tard, devint son amant. L’argent devait servir à l’achat d’une parcelle et à la construction d’une auberge. Ce qui fut fait. Mais, depuis trois ans, l’idylle a plutôt fait place à un véritable feuilleton judiciaire autour de l’auberge. Finalement, la loi fut dite, demandant au guide de vider les lieux. Ce que celui-ci n’entendit pas de cette oreille. Aussi contacta-t-il un marabout bozo, pour lancer un mauvais sort à la dame grâce aux forces occultes, contre la rondelette somme de 1 million de FCFA.

Le marabout fit tout ce qui était en son pouvoir, mais la bonne dame était toujours en très bonne santé et l’auberge, contre toute attente, marchait toujours bien. N’en pouvant plus d’attendre, le guide décida alors de passer à la vitesse supérieure. Il demanda, cette fois-ci, au marabout de procéder à l’élimination physique pure et simple de la dame. A cet effet, il lui remit un pistolet. Ce dernier, à son tour, fit appel à un gros bras, gardien de nuit au Bar Poudiougou à Kalabankoro, contre une récompense de 500 000 FCFA. Il proposa une photo de la dame au gros bras mais celui-ci préféra qu’il lui présente la dame en question. Le marabout le conduisit jusqu’au domicile de l’Espagnole et lui donna toutes les itinéraires qu’elle empruntait.

Après réflexion, le gros bras renonça à l’argent et préféra plutôt alerter la police. C’est ainsi qu’il courut au 11ème arrondissement faire sa déclaration. Pour être sûr de son histoire, l’inspecteur David lui demanda de lui apporter l’arme en question. Sans perdre de temps, le gros bras vint lui remettre un pistolet à deux canons, de fabrication artisanale.

Comme le marabout devait lui remettre une certaine somme d’argent pour acheter des cartouches, la police organisa alors un guet-apens. Le marabout fut interpellé et conduit au poste de police. Après plusieurs hésitations, par crainte de trahir selon lui, l’esprit du cousinage, il finit par donner le nom de son commanditaire, qui n’était autre que l’ex-amant de l’Espagnole. Comme le guide se trouvait à Mopti, le 11ème arrondissement contacta aussitôt le Commissariat de Mopti, qui se chargea de son arrestation et de sa conduite à Bamako.

Le marabout et le guide ont déjà été présentés devant le Procureur du tribunal de première instance de la Commune V.

Pierre Fo’o Medjo

22 Septembre du 19 aout 2010