Partager

Sans doute le président du RPM, Bocari Tréta, ne s’attendait-il pas à incarner le déclin de sa famille politique en se battant becs et ongles pour succéder à IBK. En plus d’être dépourvu de tout moyen de son fonctionnement, avec notamment la disette de financement des partis, la locomotive de l’ancienne majorité se trouve dans le creux d’une vague sans précédent de fausses compagnies. La salve ne s’est pas limitée à défection massive des composantes les plus significatives de l’EPM. A cet isolement relatif du président de cette alliance s’ajoute une saignée interne qui risque fort d’atteindre les proportions d’un esseulement de Bocari Tréta au sein de sa famille politique. La vague, enclenchée avec la démission surprenante de l’influent membre du BPN, Baba Moulaye, s’est aussitôt poursuivie avec celle du non moins influent ancien député Oumar Traoré alias Gaucher. Comme si cela ne suffisait pas, elle vient d’atteindre la loge de gardiens du temple comme le confrère Sambi Touré dont les raisons de départ s’apparentent à celles d’une vague plus ancienne de défections consécutives aux préparatifs des dernières législatives.

Pour leur congrès, les Ademistes tablent finalement sur le mois d’Août

Les motifs de report des assises du PASJ se multiplient et ne se ressemblent pas. A chaque étape franchie succède de nouvelles contraintes insoupçonnées. Aux dernières nouvelles, en effet, le congrès du parti, cumulé à ceux de ses mouvements affiliés, pourrait n’avoir lieu qu’en mi-Août après plusieurs ajournements pour diverses raisons. En cause, le respect d’une disposition en vertu de laquelle les modifications apportées aux textes du parti devraient passer par le toilettage des différentes structures de base avant leur adoption par les assises. Et tenez-vous bien, il ne s’agit point des équipes sortantes mais des sections nouvellement installées. Or, celles-ci étaient à peine renouvelées au tiers à la date initialement annoncée pour la tenue de sélections. De source bien introduite, le processus de renouvellement des structures de base a finalement atteint la masse critique qui permette d’ouvrir la relecture des textes à la base. Ce serait probablement le dernier obstacle à l’installation de la nouvelle équipe dirigeante devant aborder les prochaines joutes électorales.

La Rédaction

Source: Le Témoin