Partager

C’est une grande première au Burundi qui sort tout doucement d’une décennie de guerre civile. Le Sénat vient d’approuver la nomination, au poste de chef d’état-major général de l’armée, de l’ex-rebelle et général Godefroid Niyombare, qui devient le premier Hutu à la tête de l’armée dans l’histoire du pays. William Munyembabazi, un sénateur membre d’un parti issu de la rébellion hutue, s’est réjoui de cette décision : « C’est la 1ère fois qu’un Hutu devient chef d’état-major général. C’est une grande décision, la société burundaise évolue… ». Après 13 ans de guerre civile entre une armée alors dominée par la minorité tutsie et des mouvements rebelles hutus, ce pays s’est doté depuis 4 ans d’une nouvelle armée et d’une nouvelle police paritaires entre les 2 principales ethnies. Le ministre de la Défense du Burundi étant un Tutsi, la nomination, comme convenu, d’un chef d’état-major hutu, était attendue depuis un bon moment. Le sénateur Munyembabazi fait un vœu : « On ne va pas toujours rester dans un clivage et nous pensons qu’il ne va pas gérer l’état-major général de l’armée en tant que Hutu, mais plutôt en tant qu’officier qui a eu des responsabilités qu’il mérite » (Rfi)