Partager

semega1.jpgVendredi dernier, la cérémonie de pose de la première pierre de l’Hôtel des chauffeurs et conducteurs d’engins de Sévaré par le ministre de l’Equipement et des transports, Hamed Diané Séméga, a eu lieu non loin de la gare routière de la ville.

Cet aménagement a comme objectifs d’inciter les conducteurs à prendre du repos et à récupérer au lieu de s’épuiser sur un long trajet d’une traite, ainsi que d’améliorer la sécurité sur nos routes.

L’insécurité routière est telle qu’elle nécessite une réponse aussi vigoureuse que diversifiée et imaginative. Dans notre pays, les dernières statistiques attestent que 2006 a été particulièrement meurtrière en terme d’accidents de la route. Les plus graves ont totalisé 36 morts et sont justement survenus les 23 septembre et 8 octobre sur la RN6 qui mène à Sévaré.

L »Hôtel des chauffeurs et conducteurs d’engins de Sévaré est la première tranche d’un ouvrage qui va coûter à l’Etat malien 152,6 millions de Fcfa financés par l’Autorité routière.

D’un coût de 75 millions de Fcfa, les travaux de cette première tranche comprennent : la construction d’un bâtiment principal abritant 10 chambres d’une capacité de 30 lits chacune, un restaurant de 200 couverts et l’aménagement de la cour.

Moussa Allaye, représentant du maire, a salué la construction d’un bâtiment qui va offrir un cadre de repos agréable aux chauffeurs et conducteurs et permettre de diminuer le nombre d’accident sur la RN6.

Quant au porte-parole des chauffeurs et conducteurs Demba Diallo, lui s’est dit comblé par cette initiative du gouvernement qui permettra de diminuer le nombre d’accidents dus à la fatigue des chauffeurs et conducteurs.

Le ministre de l’Equipement et des Transports a confirmé que l’hôtel des chauffeurs et conducteurs participait d’une mobilisation générale en faveur de la lutte contre l’insécurité routière, l’un des axes majeurs du PDES.

Le ministre Semega a jugé utile de rappeler des actions déjà entreprises par les pouvoirs publics pour remédier aux insuffisances constatées dans la circulation routière : amélioration et sécurisation des infrastructures, renforcement des moyens et des conditions de transports, information, éducation et sensibilisation des usagers et conducteurs routiers, application des dispositifs juridiques pour réprimer les pratiques obsolètes, etc.

Une commission technique présidée par le directeur national des transports terrestres, maritimes et fluviaux et composée des représentants des structures et organismes concernés, doit proposer des solutions propres à faire tomber le chiffre des accidents sur nos routes.

C’est ainsi que la commission a recommandé le retour aux bonnes pratiques permettant le suivi et le contrôle par les agents de sécurité, l’établissement de manifeste sur la base des pièces d’identités et leur mise à jour le long du trajet, la matérialisation des foires hebdomadaires le long des axes et la limitation des temps de parcours des chauffeurs et conducteurs.

A cela s’ajoute la création d’aires de repos le long des axes routiers et des corridors interurbains ainsi que la construction d’hôtels pour chauffeurs, a expliqué le ministre Séméga.

Le gouvernement en collaboration avec l’Union européenne, a lancé un projet d’appui à l’amélioration de la sécurité routière (Paaser) sur le RN6 afin de casser la spirale des accidents sur cette voie ; ce projet est exécuté par l’Association malienne pour la promotion au Sahel (Amapros).

Avant cette cérémonie, le ministre Séméga s’était rendu sur le pont détruit de Goundaka sur la RN6. Le remblai d’accès vers Gao de cet ouvrage a cédé sous la pression de l’eau après les fortes précipitations survenues dans la zone, il y a trois mois. Depuis, la circulation des gros porteurs est interrompue occasionnant les désagréments que l’on imagine sur l’Economie de la localité.

Le ministre a expliqué aux riverains les mesures prises pour rétablir la circulation et réparer l’ouvrage. C’est ainsi que dans un premier temps, une déviation sera aménagée pour rouvrir la circulation aux gros porteurs, puis des études seront menées pour définir la manière de réparer durablement le pont.

Promesse a été faite par le ministre, que d’ici le prochain hivernage, les travaux seront achevés.

06 novembre 2007.