Partager

Tombés amoureux, Adama et Awa (noms d’emprunt) ont célébré leur mariage légal à coups de millions de nos francs. Mariage réussi, dira-t-on, puisqu’il a été célébré avec faste à Bamako, plus précisément à Badalabougou, tant à la Mosquée qu’à la mairie. Mais, les choses se gâteront cinq ans après.

Depuis leur mariage festoyé un 27 décembre 2007, Adama se croyait aux anges avec sa femme Awa. Tout allait assez bien.

Grand commis de la place, Adama vaquait à ses occupations quotidiennes, histoire de satisfaire aux besoins de sa femme qui est secrétaire de son état dans une institution de la place.

De leur union, ils eurent trois enfants, dont le dernier est encore en allaitement.

Adama ignorait, durant cinq ans de mariage, que sa femme le trompait en sortant en son absence avec d’autres hommes dans un maquis feutré qu’elle fréquentait avant de connaître son homme.

Il est important de rappeler que Monsieur Adama, en fonction de ses hautes responsabilités, rentrait très tard au foyer conjugal.

Un jour, un de ses amis l’informa que sa femme «voyait ailleurs». Depuis, Adama a entretenu une rancune farouche contre son bienfaiteur l’accusant de vouloir «casser» son foyer.

C’est seulement la semaine dernière qu’il se rend compte qu’il s’est lourdement trompé.

Revenant du service aux environs de 20 h, il aperçoit dans le noir, non loin d’un maquis, une voiture qui ressemble fort à celle qu’il a achetée à sa dulcinée Awa. Doutant pourtant, il se rend à la maison où il est informé par sa «bonne» que sa femme venait de sortir. Il revint alors sur ses pas pour vérifier les faits. Sur les lieux, il demanda sur un ton amusant au mécanicien posté à l’extrême de la voiture de sa femme où se trouve le propriétaire. Celui-ci lui répondit que c’est une dame qui a garé cette voiture il y a de cela deux heures et elle se trouve dans le maquis.

L’homme débarque dans le maquis et prend position sur la terrasse et demande une boisson en attendant de voir clair dans cette histoire.

Quelques instants après, voilà la femme d’Adama qui sort d’un couloir avec un ex-copain bras dessus-dessous avec qui elle avait fait une fille. Notre bonhomme, Adama, n’en croyait pas voir un tel spectacle.

Furieux, il se rua sur sa femme qui ne savait pas à quel saint se vouer. Mais, gardant son sang froid, Adama s’avança vers le couple et exigea la clé de la voiture.

«Mais tu viens de tomber des nues ? Il y a de cela cinq ans que je sors avec cette jolie dame. Sache que les bonnes choses ne se mangent pas seul», fulmina l’amant en détalant sur la pointe des pieds pour éviter la colère du mari cocu.

Quant à Adama, il demanda au mécanicien de ramener sa voiture à la maison.

Ainsi se termina une aventure après cinq années de mariage entre Adama et Awa.

Voilà les surprises que réserve la multiplication des chambres de passe dans la cité des trois caïmans.

Destin GNIMADI

Le Prétoire du 24 Mai 2012