Partager

2-8.jpgLa semaine dernière, aux environs de 18h30, il a fallu l’intervention de bonnes volontés pour calmer la rage des parents de ladite femme qui ont surpris leur gendre en flagrant délit d’adultère avec la cousine directe de leur fille.

Les faits

Durant plus de quinze ans, le couple vécut en toute quiétude. Le mari, Adama, un chauffeur de remorque, habitait dans ce quartier de la rive droite avec sa femme, Awa et les cousines de celle-ci. Mais au fil du temps, l’homme tomba follement amoureux de l’une des cousines de madame.

Ne sachant plus que faire, notre chauffeur décida d’aller louer une autre maison, dans le même quartier! Ainsi, chaque fois que le couple adultérin voulait «passer à l’action», l’homme indélicat trouvait le moyen de mentir à sa femme: il lui annonçait tout simplement qu’il partait en mission, soit à Lomé, soit à Dakar. Mais en fait, il allait rencontrer sa nouvelle conquête dans sa nouvelle location.

Ainsi, il arrive souvent qu’Adama passe deux à trois jours sans revenir dans la demeure conjugale. Quant à la cousine Safiatou, elle se confectionnait aussi un alibi: elle prétendait aller rendre visite à ses parents qui habitent dans un autre quartier. Les choses allèrent donc comme sur des roulettes jusqu’à la semaine dernière, lorsqu’une amie de la femme du chauffeur aperçut «leur mari» en compagnie de la cousine.

Après vérification, l’amie (prénommée Assa) se rendit compte que «ces deux personnes entretiennent des relations amoureuses». Mais ce qui conforta l’opinion d’Assa, c’est la réponse à la question suivante faite à son amie : «Où est parti notre mari ?». Assa fut bien surprise lorsque la femme du chauffeur l’informa qu’il était en voyage. Alors, Assa lui apprit qu’il était à Bamako, en compagnie de sa propre cousine, dans un appartement situé dans le même quartier! L’épouse encaissa le coup en silence.

Deux jours après ce choc, Adama-le-menteur, sans se douter de rien, rentra à la maison. Ni fureur ni panique de la part d’Awa qui fit comme si de rien n’était. Trois jours après, le chauffeur informa (encore) sa femme qu’il devait se rendre à Abidjan.

1-14.jpgUne fuite en caleçon

Une fois Adama parti, notre femme cocufiée attendit 18h30 pour informer ses parents et proches de l’attitude inadmissible de son mari. Du coup, tous se dirigèrent vers la maison où l’homme et sa nouvelle dulcinée se payaient du bon temps. Ainsi, la femme trompée en tête, ses parents et proches, tous se ruèrent droit dans la chambre «nuptiale».

Ô surprise ! ils surprirent les deux inconscients en pleins ébats. Au vu de cette scène, Awa perdit connaissance. Le temps pour le groupe de s’occuper d’elle, Adama parvint à sauter par la fenêtre, presque nu.

Quant à Safiatou, on fit haro sur elle en la rouant de coups. Il a fallu l’intervention des voisins pour soustraire la cousine ensanglantée des mains d’une furie vengeresse.

A l’heure actuelle, des tractations sont menées, car Awa a décidé de demander le divorce. Selon nos informations, Adama continuerait à réclamer sa femme. Pourtant, sa belle-soeur Safiatou serait en état de grossesse. Et les parents de la fille exigent que l’impudent chauffeur l’épouse. Ce qu’Awa ne serait concevoir.

En attendant, Adama continue de traîner derrière lui sa honte. Si bien qu’aujourd’hui, dans le quartier, bien des hommes mariés n’ont plus le courage d’annoncer à leurs femmes qu’ils vont en mission. Et pour cause : aux yeux de leurs épouses, cette mission pourrait être synonyme de tromperie…

Sadou BOCOUM

Soir de Bamako

08 mai 2008