Partager

C’est cette question qui est aujourd’hui sut toutes les lèvres après la publication du décret N°2012-194/P-RM du 24 avril 2012 portant nomination des membres du gouvernement. Ce gouvernement de 24 membres appelé gouvernement de mission sonne en effet le retour des anciens dignitaires du général Moussa Traoré au pouvoir.

Le ministre de l’économie des finances et du budget, Tiena Coulibaly qui était ministre de Moussa Traoré au même portefeuille signe aujourd’hui son grand retour. Son choix n’est autre que celui du premier ministre avec plein pouvoir, le docteur Cheick Modibo Diarra qui, il faut le rappeler est le gendre de l’ancien dictateur qui a été balayer en mars 1991 par le vent de la démocratie.

Son gendre qui est le nouvel homme fort du Mali aujourd’hui n’a jamais d’ailleurs caché ses appréhensions envers le mouvement démocratique. Il a aussi toujours réclamé l’héritage du dictateur déchu qui a pillé le Mali pendant plus de vingt ans de règne. D’autres proches de la famille de Moussa Traoré ou des sympathisants de l’ancien parti unique, l’Udpm figurent aussi dans la même équipe gouvernementale chargée de reconquérir les régions nord du Mali et d’organiser les élections générales à venir. Il s’agit entre autres du ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Moussa Léo Sidibé ; du ministre de l’énergie de l’eau et de l’environnement, Alpha Bocar Nafo ainsi que du ministre de l’artisanat, de la culture et du tourisme, Mme Diallo Fadima Touré.

L’actuel ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Moussa Léo Sidibé est en effet le fils adoptif de l’ancienne première dame, Mariam Traoré. Il a désormais la lourde tache de mettre au pas ce vivier électoral qui constitue le monde paysan malien. Quand au PDG de la BRS, un banquier de la place, Alpha Bocar Nafo, il a hérité du porte feuille de l’énergie, de l’eau et de l’environnement parce qu’il est tout simplement, le frère d’un ami de l’ancien dictateur.

Le cas de Mme Diallo Fadima Touré, ministre de l’artisanat, de la culture et du tourisme, il se passe de tout commentaire. Voila une femme qui avait fui le Mali pour malversation financière au domaine de l’Etat. Elle revient aujourd’hui au Mali par la grande porte parce qu’elle habite le même quartier à Ségou que le docteur Cheick Modibo Diarra et avec qui elle s’entendait bien aux Etats Unis (USA). D’autres cadres non moins importants de la dictature signent leur retour en force dans le gouvernement que dirige le gendre de Moussa Traoré. Il s’agit entre autres du porte parole de l’Onuci en Côte d’ Ivoire Hamadoun Touré.

Ce dernier qui a désormais en charge, le porte feuille de la communication, de la poste et des nouvelles technologies, porte parole du gouvernement n’est autre que le beau fils d’un ancien ministre de Moussa Traoré à savoir Mme Diallo Lala Sy. Mamadou Namory Traoré, ministre de la fonction publique, de la gouvernance et des reformes administratives et politiques, chargé des relations avec les institutions, il travail à l’embrassade des Pays-Bas comme conseiller économique. [maliweb.net]. Mais ce qui est important de savoir sur lui, c’est qu’il a été directeur de cabinet de l’ancien premier ministre de Moussa Traoré, le professeur Mamadou Dembélé mais aussi et surtout directeur de la coopération internationale sous la dictature.

Comme on peut constater, ce sont les Udépanistes bon teint qui reviennent en force au devant de la scène. En cette période de crise tant institutionnelle que sécuritaire, on veut nous faire croire que les acteurs du mouvement démocratique ont échoués sur toute la ligne. Et surtout crédibiliser la thèse de la restauration de la démocratie qui était en cours depuis sous ATT.

Quel rôle la Cedeao et le Cnrdre ont joué dans ce complot contre les acteurs du mouvement démocratique ?

Toujours est-il que l’artisan principal de cette stratégie, docteur Cheick Modibo, Diarra est dans sa dynamique méprisée jusqu’au bout tous ceux qui ont chassé du pouvoir son beau père de dictateur.

Birama FALL

Le Prétoire du 27 avril 2012