Partager

Un général de la police a été tué mercredi par une bombe placée sous sa voiture au Caire, nouvel attentat visant les forces de l’ordre dans une Égypte théâtre d’une sanglante répression visant les partisans du président islamiste destitué Mohamed Morsi, a annoncé la police. Il s’agit de la cinquième attaque visant la police en une semaine, et M. Zaki est le troisième général tué depuis le début de l’année dans des attentats revendiqués principalement par des groupes jihadistes armés disant s’inspirer d’Al-Qaïda et assurant agir en représailles à la répression menée contre les partisans de M. Morsi, seul président jamais élu démocratiquement en Égypte. Ce nouvel attentat mercredi survient neuf jours après que l’homme fort de l’Égypte, l’ex-chef de l’armée Abdel Fattah al-Sissi qui a destitué M. Morsi, eut déposé officiellement sa candidature à l’élection présidentielle prévue les 26 et 27 mai, qu’il est assuré de remporter tant l’implacable répression visant les Frères musulmans qu’il a engagée est populaire dans une majorité de l’opinion publique et en l’absence de rival crédible. Seul Hamdeen Sabbahi, un candidat figure historique de la gauche, a osé se présenter face à lui, mais les experts unanimes ne lui attribuent aucune chance de l’emporter face au maréchal à la retraite Sissi, qui a promis d’« éradiquer le terrorisme ». AFP.