Partager

Un feuilleton télévisé égypto-syrien sur la légendaire reine d’Egypte Cléopâtre a provoqué la colère du chef des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass, et de certains critiques, qui le jugent trop peu fidèle à la réalité historique. « Le feuilleton ne montre pas la réalité historique. Les évènements décrits n’ont rien à voir avec ceux qui ont vu Cléopâtre apparaître sur la scène politique en Egypte », a affirmé M. Hawass. Ce premier feuilleton arabe consacré à Cléopâtre, diffusé à l’occasion du ramadan, était très attendu. Le rôle de Cléopâtre est joué par la Syrienne Soulaf Fawakherji, célèbre pour avoir incarné la diva Asmahane, rivale d’Oum Kalsoum. « La vie dépeinte par le feuilleton n’a rien à voir avec celle vécue par l’Egypte après (que sa culture) se fut mélangée à la civilisation ptolémaïque grecque », a ajouté M. Hawass, en critiquant les costumes et les décors, qui selon lui ne correspondent pas à l’époque. Le producteur du feuilleton, l’Egyptien Tarek Siam, a eu beau expliquer qu’il n’avait pas cherché à rendre compte de la réalité historique, mais à présenter un aspect de la personnalité de Cléopâtre, les critiques se sont multipliées. AFP