Partager

L’homme qui se faisait, à la fois, passer pour Mandé Sidibé, PCA de Eco-Bank Mali, Charles Konan Banny ex Gouverneur Général de la BCEAO, Pascal Affi N’Guessan, ex premier Ministre de Côte d’Ivoire et Secrétaire Général du FPI (on en passe) ; le mystérieux individu aux mille patronymes et identités, disions-nous, a presque réussi son coup. Il ignorait seulement que le crime parfait n’existe pas.

Il est, à la fois, Représentant, membre de cabinet ou s’identifie lui-même aux personnalités ci après : Mandé Sidibé, Président du Conseil d’administration de ECO-Bank Mali ; Pascal Affi N’Guessan, ex premier Ministre de Côte d’Ivoire, Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien (FPI) ; Son Excellence M Charles Konan Banny, Ex Gouverneur Général de la BCEAO; Mr Ambroise Koné Conseiller Spécial du Gouverneur de la BCEAO Dakar – Sénégal ; M Konan Guessan, PDG de la société de Gestion des Stocks Pétroliers de Côte d’Ivoire ; Jean Baptiste Compaoré, Vice Gouverneur de la BCEAO Dakar Sénégal; Fanny Ibrahima, Maire de Bouaké; M. Ouedrago, Conseiller du Président du Faso ; Christian Konan Koffi Directeur de Cabinet du Gouverneur de la BCEAO Dakar Sénégal ; Professeur Touré Adama, Maître de Conférence, Vice Doyen de l’Université du Mali ; Director of Federal University – South Africa – Pretoria; Mamady Sanor, Président du Conseil d’Administration de Air Burkina; Docteur Baux Serge, Médecin Chef du GMF Dakar Sénégal, etc.

Il a plusieurs identités et pièces d’état civil et se réclame, à la fois, des nationalités ci après : Ivoirienne, Malienne, Togolaise, Burkinabé, Sénégalaise, Ghanéenne. Il possède quatre téléphones portables, une dizaine de puces téléphoniques des pays de la sous-région… Bref, le parfait escroc de classe internationale. Il vient de prendre la BCEAO-Mali pour cible. Ce fut son dernier coup puisque L’Epervier du Mandé a dès lors mis fin à sa carrière.

Les limiers Maliens, dans l’ensemble, jouissent d’une réputation favorable selon laquelle, aucun malfrat ne saurait résister très longtemps à leur efficacité. La preuve de cette allégation vient d’être donnée par le Chef de Brigade de la BIJ.

C’est sur une plainte de la BCEAO Burkina Faso que les enquêteurs Maliens ont été sollicités. Un mystérieux individu était parvenu, par un jeu de passe-passe d’une complexité étonnante, à se faire remettre la somme de 1.500 Euros par la BCEAO Mali au nom du Gouverneur de la BCEAO du Faso en mission à la BCEAO Niger.

Avisé plus tard, ce dernier dira n’avoir jamais sollicité un tel service auprès de ses homologues Maliens et demanda par conséquent l’ouverture d’une enquête. Après moult péripéties, le dossier fut confié à l’Inspecteur Principal surnommé l’Epervier du Mandé.


Très vite,
il parvint à localiser le suspect à travers ses communications. Ne demandez surtout pas comment ! Sa technique est révolutionnaire et inspire aujourd’hui les polices étrangères… Toujours est-il que le suspect tomba dans le filet par lui tendu. Il fut arrêté dans la nuit du samedi au dimanche dernier. Interrogé, il reconnut les faits.

De son vrai nom Konan Anatole, il est ivoirien d’origine, mais possède les pièces d’identité de plusieurs pays de la sous-région. Au Mali, il répond à la fois, aux noms de Adama Traoré et de Aboubacar Soumaoro, au Togo, il se nomme Attohoun Kossivi Edem, etc. Des centaines de cartes de visite de très hauts cadres étrangers et Maliens ont été retrouvés sur lui (si vous êtes de ceux-là, il ne serait pas inutile d’en savoir davantage au plus vite). Se disant reconverti à l’Islam (certainement pour jouir de la sympathie des musulmans), il possède cependant un sac rempli de talismans et de poudre magique censés le protéger.

Une vingtaine de cachets et de lettres ont été également découverts dans ses affaires, des documents adressés à de très hautes personnalités ; tantôt le PDG d’une importante société afin d’acheminer des dons sur une région déshéritée, tantôt le responsable d’un organisme international pour collecter des fonds destinés aux malheureuses victimes d’un cataclysme…

L’histoire ne dit pas si ces personnalités ont réagi à la requête. La suite de l’enquête le dira. En attendant, si vous avez auparavant été contacté pour affaire par le détenteur d’un de ces numéros de téléphone, n’attendez pas. Faites-en au plus vite la déclaration aux autorités compétentes : 74.51.17.03 / 78.20.43.92/ 78.18.99.09/ 78.20.43.93/ 78.53.10.55


Bravo, en tout cas, à l’Epervier du Mandé lequel vient confirmer une fois de plus, tout le bien que la hiérarchie pense de lui.
B.S. Diarra

Il se fait passer pour le caissier principal de la BCEAO et extorque 800 mille francs CFA à sa victime

Curieuse coïncidence : à l’issue de l’enquête portant sur l’escroc international Konan Anatole, alias Adama Troré, alias Attohoun Kossivi Edem…, un autre larron, certainement moins coriace a été interpellé. Lui aussi est ivoirien de naissance mais, dit-il, d’origine malienne. Il répond au nom de Aboubacar Sidiki Touré.

Lui, s’est fait passer pour le caissier principal de la BCEAO au nom de M Fomba et, à ce titre, a proposé à la vente, un lot à usage d’habitation à un vieux compatriote. A ce dernier, il a apporté les prétendus preuves de son statut. De faux documents, à ne pas en douter. Son client lui versa alors la somme de 800.000 mille francs CFA.

Mais après plusieurs semaines de silence radio, la victime se rendit à la BCEAO dans le but de rencontrer le sieur Fomba. Naturellement, aucun caissier principal ne répondait à ce nom. Notre vieux se rendit alors compte en ce moment, qu’il venait d’être la victime d’un escroc. Mais de lui, il n’avait aucune trace.

Mais la Banque, soucieuse de sa réputation, ne laissa pas tomber l’affaire. Elle remit le dossier à la police et le même enquêteur, l’Epervier du Mandé fut chargé de l’élucider. C’est au moment où il s’y attendait le moins, que notre escroc fut interpellé par les éléments de la Brigade d’Investigation Judiciaire. Lui aussi reconnut les faits. Il n’a aucune attache avec le premier escroc qu’il ne connait ni d’Adam ni d’Eve.

Mais que diable, pourquoi tous deux ont-ils ciblé la BCEAO – Mali ? Ont-ils voulu profiter du processus de remembrement et d’un éventuel dysfonctionnement du système suite à la nomination d’un nouveau gouverneur?

B.S.D

Aurore du 06 Avril 2009