Partager

joliefille.jpg

Au moment où les commentaires vont bon train sur la condamnation à deux ans ferme du surveillant de collège qui a violé et engrossé son élève particulière, l’enseignant Souleymane Diallo, ancien de l’école Bounama Diallo ex Pont de Tambacounda, affecté tout dernièrement, se distingue de triste manière, avec un repos forcé à la citadelle du silence de Tambacounda. Il est reproché à Monsieur Diallo, harcèlements sexuels et viol sur une Stagiaire de l’Ecole de Formation des Instituteurs de Tambacounda, Adja Ngouye Ndao.

Dans la capitale orientale, certains instituteurs n’ont pas pu retenir, les leçons que les inspecteurs leur ont inculqué durant leur formation. Depuis quelques jours, des actes ignobles de certains des leurs défraient la chronique.

Après la condamnation du surveillant de collège de l’enseignement moyen de Gouye, Oumar Bâ, à deux ans de prison ferme et 500.000 francs d’amende, pour avoir violé et engrossé son élève particulière, voilà que son collègue Souleymane Diallo, un ancien enseignant à l’école élémentaire de Bounama Diallo, ex Pont de Tambacounda, affecté tout dernièrement, et domicilié dans le populeux quartier de Pont, s’est également distingué.

Selon nos sources, l’enseignant, par ailleurs responsable de jeunes dans le mouvement navétane, est vite tombé sous le charme de la stagiaire, Adja Ngouye Ndao, native de la région de Kaolack, venue uniquement s’implanter à Tambacounda pour subir sa formation d’institutrice à l’Ecole de formation des Instituteurs.

L’obsédé sexuel décide de satisfaire à tout prix sa libido sur cette stagiaire qui est tombée sous son charme. Les rendez-vous se multiplient loin des parents de la fille, qui ont un seul souci, voir leur enfant réussir et venir en aide à la famille Ndao.

Mais c’était sans compter avec la détermination de l’enseignant qui, selon nos sources, a tout fait pour s’envoyer en l’air avec la fille. L’élève qui a finit par céder à la pression de son bourreau, loin des indiscrétions, le rejoint à chaque fois que des rendez vous sont pris, pour se retrouver.

Pour se tirer d’affaire, Souleymane mûrit à chaque son plan pour quitter sa famille, et aller cueillir la fille avec sa moto. L’enseignant qui ne pouvait plus se retenir, commet l’irréparable. En violant la pauvre stagiaire, après un harcèlement sexuel soutenu.

Ensuite, son désir assouvi, il tente d’étouffer l’affaire, en proposant un arrangement à l’amiable. Peine perdue. La fille, de retour des fêtes de Pâques, aurait déposé une plainte chez le Procureur de la République, qui fait un soit transmis à la brigade de recherches de la gendarmerie de Tambacounda.

Convoqué, l’enseignant n’a pas mis de temps pour reconnaître ses faits qui lui sont reprochés. Suffisant pour être écroué. Déféré au parquet, il a été placé sous mandat de dépôt à la citadelle du silence de Tambacounda, mercredi dernier, loin de sa famille, et de ses élèves, abasourdis.

Sénégal … Source : L’Office

15 avril 2008.