Partager

Un double attentat revendiqué par les insurgés islamistes Shebab a fait au moins dix morts dimanche dans la ville de Galkayo, dans le centre de la Somalie, selon un policier. « Deux voitures piégées ont explosé, visant le siège du gouvernement local. Plus de dix personnes ont été tuées », a dit un policier, Mohamed Abdiqani. Un habitant, Hassan Abdukadir, a dénombré une douzaine de corps, certains brûlés au-delà de toute reconnaissance possible. « Ca a été horrible. La première explosion a été provoquée par un camion rempli d’explosifs et la seconde par un minibus », a-t-il ajouté. La Maison Blanche a condamné ces attentats, les qualifiant de « lâches », dans un communiqué du Conseil de sécurité nationale du président Barack Obama. « Les attaques lâches d’aujourd’hui visant les forces de sécurité du Puntland, les cadres du gouvernement et des civils sont une nouvelle tentative des terroristes d’affaiblir la Somalie avant sa transition politique historique vers une meilleure représentation prévue cet automne », explique la présidence américaine. Les Shebab ont revendiqué les explosions sur Telegram, une messagerie cryptée prisée par les jihadistes, affirmant « avoir tué au moins 30 personnes, parmi lesquelles du personnel militaire et des apostats ». En mars, un attentat mené dans un hôtel de Galkayo avait tué six personnes, dont un responsable local. Les Shebab somaliens, affiliés à Al-Qaïda, cherchent à renverser le gouvernement de Mogadiscio d’où ils ont été chassés en août 2011 par la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom). Ils multiplient depuis les attentats en Somalie et plus récemment dans des pays voisins comme au Kenya. La Somalie, plongée dans le chaos et la guerre civile depuis la chute en 1991 du régime du président Siad Barre, doit organiser des élections en septembre et octobre. AFP