Partager

Société hostile dans le temps, à toute forme d’influence, lui ayant permis de conserver sa riche culture, la société traditionnelle dogon est, de nos jours, à la croisée des chemins avec la rencontre des autres cultures.

Selon le Pr Kodio, les noms de baptême dogon ne sont pas choisis au hasard : ce sont les circonstances, le lieu de sa naissance, la situation familiale de ses parents qui déterminent le nom à donner à l’enfant dogon.

Les noms : Amagana, Amakossa, Amagara, Acro, Amadiginè et Amagraï sont des noms qui signifient les bienfaits de Dieu.

Selon les zones géographiques, ces noms peuvent varier mais ils conserveront les mêmes symboles.

Dans les falaises, le premier garçon est appelé « Atô », tandis que dans d’autres zones, il s’appellera « Badji », ou « Kandan ».

Il s’avère alors nécessaire et utile selon le conférencier, que l’on jette un regard rétrospectif, sur les valeurs de nos sociétés traditionnelles, pour ne pas nous perdre dans un monde en perpétuelle mutation sur les plans philosophique et culturel : car l’homme doit apprendre à mieux connaître sa culture et son histoire, a estimé le Pr Kodio.

Révélation a été faite par ce dernier que : « C’est dans ce cadre, que je suis en train de faire un dictionnaire des noms dogon ».

08 mai 2006.