Partager

Arrivé dans la politique en 2008 après qu’il ait été démarché par des responsables et militants de la CDS, Yaya Togola s’était illustré dans l’humanitaire.

Avec le concours de ses amis Français, 18 ans durant il a contribué à la construction de salles de classe, de dispensaires etc.

Ce sont ces œuvres de bienfaisance plus le soutien du peuple de la CDS qui l’ont propulsé à la tête de la mairie de Bougouni.

Lors des dernières élections municipales, la CDS a obtenu six conseillers et cinq pour l’Adema.

La ruche a démarché le parti de Blaise pour qu’ils puissent composer le bureau communal ensemble.

« Nous vous aidons à obtenir la mairie et vous nous appuyez pendant l’élection législative partielle. Car, si l’Adema n’a pas cette place, votre frère, le ministre Tiémoko Sangaré, perdrait son poste au Gouvernement » aurait plaidé un responsable de l’Adema qui obtient ainsi le soutien tous azimuts de l’ensemble des militants CDS.

« Malgré ce pacte, le ministre Tiémoko Sangaré, fils du terroir, a décidé d’embraser notre communauté en utilisant les moyens de l’Etat pour déstabiliser le maire et procéder à des règlements de compte politique ».

Ainsi, la semaine dernière, le ministre débarque à Bougouni avec plusieurs dizaines de cadres venus de Bamako, Sikasso et d’ailleurs aux frais de l’Etat pour une campagne de reboisement au cours de laquelle ils n’ont planté qu’une trentaine de pieds d’eucalyptus sur une superficie de moins d’un quart d’hectare.

La réalité est que le ministre de l’Environnement veut profiter d’une mission officielle pour mettre à exécution son plan de déstabilisation du maire Yaya Togola.

D’ailleurs, depuis son arrivée il a annoncé les couleurs en n’informant pas le maire, premier responsable de la commune, de l’activité qu’il organisait.

D’après plusieurs témoins que nous avons écoutés à Bougouni, le ministre a incité les jeunes à se soulever. « Sortez pour planter, je vous soutiens. Si la parole ne règle pas un problème, agissez ».

Ce message ne souffre d’aucune ambigüité, il s’agit d’un ministre en mission officielle qui incite les populations à se révolter. « Tiémoko est de loin mon cadet. Il a incité les jeunes à m’insulter père et mère durant ce mois béni de Ramadan. Il distribue de l’argent aux populations et les incite à la révolte » s’est plaint le maire.

Ces propos sont confirmés par Sory Sangaré, notable de 97 ans : « Le maire m’a envoyé auprès de Tiémoko pour lui faire une offre de collaboration mais j’ai été déçu par le ministre. En effet, il m’a répondu qu’il ne fera rien avec le maire qui a cité tout Bougouni et qui l’a oublié ».

Dans tous les cas, des responsables CDS disent désormais qu’ils sont prêts à tout pour soutenir leur maire et défendre leur parti. Ce qui veut dire qu’il faudra suivre la situation à Bougouni comme le lait sur le feu. Et si daventure elle dégénérait, le Ministre Tiémoko Sangaré en sera tenu pour le seul responsable.

Diakaridia YOSSI

24 aout 2010