Partager

La fonction publique vient d’ouvrir un concours professionnel pour les agents B1 qui désirent passer en B2. Ce qui est une opportunité que nombre d’agents de la fonction publique considèrent comme une véritable aubaine. Seulement voilà: beaucoup craignent également la toute puissance de l’argent-roi dans ce genre d’opération. Car l’actuel ministre en charge du département de la fonction publique n’étant pas connu pour une rigueur quelconque. Au contraire, au temps où il dirigeait l’éducation, sous la transition, des rumeurs avaient circulé (qui restent à vérifier) faisant état d’une affaire avec son ex-directeur des finances et du Matériel (DFM) relative à des faveurs indues…

En tout cas, ce sont des milliers de dossiers qui sont attendus pour cet examen qui demeure l’unique chance pour des centaines d’agents n’ayant pas les moyens de payer des études d’avancer en grade. En effet, après avoir envoyé des centaines de fonctionnaires pour suivre des études, les DFM, ex-DAF se sont montrés incapables, dans plusieurs cas, d’honorer leurs engagements. Il serait incompréhensible que les DFM se hâtent de payer les sous à des fournisseurs de meubles, de matériels pour radiographie dans les hôpitaux… et oublient d’engager les frais d’études des agents que les ministres ont envoyés en formation.

Quand l’ORTM boude les syndicats d’enseignant

Le 5 octobre de chaque année, le Mali, à l’instar de la communauté internationale, célèbre la journée mondiale des enseignants.

Cette année, plus de 15 syndicats d’enseignants ont célébré cette journée ensemble le 10 octobre dernier à travers une conférence-débat, une première dans notre pays. Pour donner à l’évènement toute sa visibilité, l’ORTM a passé trois annonces à la télé et des annonces ont été faites dans plusieurs radios de la place.

La surprise des organisateurs fut grande lorsqu’à la cérémonie d’ouverture, présidée par le ministre de l’éducation nationale, Togola Jacqueline Nana l’ORTM, était aux abonnés absents. Approché par nos soins, le président de la commission d’organisation est formel: une lettre d’invitation a bel et bien été envoyée à l’ORTM pour la couverture de la conférence.

A ses dires, le secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, Souleymane Goundiam, a demandé au chargé de mission du ministère de la communication de prendre des dispositions auprès de la chaine nationale pour assurer la couverture de la cérémonie. Alors, on est en droit de se demander pourquoi l’ORTM n’a pas couvert cette cérémonie? L’organe public a-t-il décidé de bouder les enseignants du Mali ?

L’Indépendant du 14 Octobre 2013.