Partager

bebenoir.jpg

L’affaire fait grand bruit et suscite émoi et étonnement dans la ville de Maroua depuis quelques jours. L’histoire semble être incroyable, mais elle est pourtant vraie : une jeune mère a vendu son bébé à vingt-cinq mille francs Cfa au quartier Douggoy. L’acheteuse n’a jamais donné naissance et croyait enfin assouvir son désir d’avoir enfin un enfant.

Les deux femmes qui s’appellent toutes « Mama » ont conclu le deal sept jours seulement après l’accouchement. Mama la vendeuse qui est à son sixième tour à la maternité n’a trouvé aucune gêne à donner une suite favorable à la demande de son amie Mama qui, elle, n’avait jamais connu les douleurs de l’accouchement. Ainsi le marché sera rapidement conclu et les deux parties, avec le consentement tacite de leurs deux familles respectives scellent la vente.

Mais, comme dans un polar, l’affaire ne s’arrêtera pas là. Pendant que les deux familles pensent avoir conclu le deal, un des oncles de la vendeuse, un certain Aoudou, mécontent de cette vente singulière, décide de dénoncer cette mascarade. C’est alors qu’il contacte une association de défense des intérêts des enfants, l’ACPNEE, pour dénoncer cette transaction humaine.

Cette association monte au créneau et relaye l’information auprès des autorités administratives. Les deux femmes concernées sont interpellées. Puis, elles passent rapidement aux aveux. L’affaire s’ébruite, suscitant au sein des populations diverses réactions. Mais, la pauvre vendeuse se défend comme elle peut. Elle déclare par exemple avoir vendu son enfant parce qu’elle n’avait pas les moyens d’élever ses six autres rejetons.

La justice se laissera-t-elle attendrir par cet argumentaire ? Pas sûr.

Cameroun … Source : Bonaberi.com

blogs-afrique.info/faits-divers

02 mars 2008.