Partager

En cette période de grandes vacances, nombreux sont les parents d’enfants qui ne dorment pas assez bien. Ce mardi 7 juillet 2009, le jeune Bourama Traoré, âgé de 16 ans environ, né à Bamako, fils de Modibo et de Oumou Nianta, élève domicilié à Oulofobougou, a trouvé accidentellement la mort sur le boulevard de l’Indépendance, au cours d’une d’exhibition sur motos.

jpg_Sans-titre-4-6.jpgEn cortège non autorisé a été organisé par les élèves des quartiers de Bamako-coura, Bolibana et Oulofobougou. Dans ce cortège, selon des sources proches de l’accident, les enfants montaient à deux, trois voire à quatre sur une même moto.

Informé d’un accident, les hommes de l’adjoint au commissaire de police Assétou Coulibaly, se sont rendus sur les lieux du drame. Ils y ont trouvé le corps sans vie du jeune Bourama Traoré, mais aucun membre du cortège sur place n’a pu relater les circonstances du drame.

Aux dires de l’adjoint au commissaire, afin de mettre la main sur l’un des éléments du cortège, notamment celui qui transportait Bourama Traoré, ses agents ont pris la décision de transporter le corps de celui-ci à l’hôpital Gabriel Touré, en présence du personnel des services de la protection civile.

La police, dont la principale mission est de protéger les citoyens et leurs biens, a joué un rôle prépondérant dans cette affaire, à travers l’adjoint au commissaire de police du 2ème arrondissement. Le fait de ne pas remettre aussitôt le corps de Bourama Traoré à ses parents a permis effectivement d’appréhender des participants à ce cortège, principalement celui qui transportait le défunt.

Le commissaire de police, Assétou Coulibaly d’ajouter qu’en remettant tout de suite le corps de l’enfant à ses parents, la police n’aurait pas effectué sa mission. C’est pourquoi, elle a décidé d’amener le corps à l’hôpital Gabriel Touré, afin d’arrêter les fuyards et présumés responsables de la mort de Bourama Traoré.

Il ressort dans un premier constat fait par les policiers, dès leur arrivée sur le lieu de l’accident, que les participants au cortège non autorisé avaient tous pris la fuite, tout en abandonnant le corps sans vie de Bourama Traoré, qui est tombé sur la tête et s’est brisé le cou.

Hier mercredi, vers 12heures, la police du deuxième arrondissement a délivré une réquisition aux parents du défunt, afin qu’ils aillent enlever le corps de leur fils au Gabriel Touré, ce, en présence d’éléments de la police du 2ème arrondissement.

Le commissaire Assétou Coulibaly de prodiguer des conseils aux parents d’enfants en ces périodes de vacances. Elle leur demande d’être plus vigilants sur leurs mouvements afin de leur éviter des surprises désagréables. Un enfant ne doit pas être privé de ses droits, mais il n’est pas bon non plus de le laisser faire tout ce qui lui vient par la tête.

Zhao Ahmed BAMBA

09 Juillet 2009.