Partager

Le président zimbabwéen Robert Mugabe et son rival Morgan Tsvangirai ont signé lundi lors d’une cérémonie publique un accord de gouvernement d’union, après 5 mois de violences et d’âpres négociations pour sortir le pays de la crise née de la défaite historique du régime lors d’élections en mars. Une dizaine de dirigeants africains étaient attendus pour la cérémonie officielle. L’accord a été arraché jeudi soir par le médiateur de la SADC dans la crise née de la défaite historique du régime aux élections générales du 29 mars, le président sud-africain Thabo Mbeki. Sa « diplomatie discrète« , qui l’a vu s’abstenir de toute critique publique à l’égard du président Mugabe, héros de la lutte contre la suprématie blanche, a souvent été dénoncée comme conciliante. Mais sa déférence était la seule attitude en mesure d’asseoir à la table des négociations un homme de 84 ans, au pouvoir depuis l’indépendance en 1980, qui a été jusqu’à déclarer que « seul Dieu » pouvait lui ôter ses fonctions, estiment les analystes.