Partager

Le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai a demandé à la Cour constitutionnelle un report des élections générales, afin que des réformes jugées essentielles pour assurer la crédibilité du scrutin aient le temps d’être adoptées. M. Tsvangirai veut que la plus haute instance judiciaire du pays annule un décret de son adversaire le président Robert Mugabe, qui a appelé aux urnes le 31 juillet. La Cour, si elle lui donne raison, « empêchera un déficit de légitimité qui plongerait le pays dans encore plus d’incertitude », a-t-il déclaré dans les documents judiciaires. Avant la tenue des élections, M. Tsvangirai exige l’adoption de réformes promises depuis quatre ans, notamment pour libéraliser les médias et les services de sécurité, qui maintiennent la pression sur tous les opposants. Son parti a précédemment indiqué qu’il voudrait organiser le scrutin le plus tard possible, d’ici le 31 octobre. Les élections au Zimbabwe doivent mettre fin à la fragile cohabitation entre MM. Mugabe et Tsvangirai depuis quatre ans. Les deux hommes ont été contraints de gouverner ensemble par la SADC pour éviter une guerre civile, après des violences qui avaient fait environ 200 morts entre les deux tours de la présidentielle en 2008. Robert Mugabe, qui a 89 ans, est au pouvoir depuis trente-trois ans dans un pays qu’il a conduit à l’indépendance puis à la ruine, entend une nouvelle fois se succéder à lui-même. AFP.