Partager

Jugés susceptibles de devenir des “charges pour la société” selon Donald Trump, les migrants bénéficiant de prestations sociales risquent de se voir désormais refuser la nationalité américaine. Ces nouvelles règles annoncées, lundi 12 août, par le gouvernement américain ciblent des millions de travailleurs majoritairement hispaniques, occupant généralement des emplois peu rémunérés. Les migrants se verront refuser l’accès au territoire et ceux se trouvant déjà aux États-Unis ne pourront recevoir la “carte verte”, le permis de séjour américain, précise la nouvelle réglementation publiée par la Maison Blanche. S’ils ont déjà une carte verte, ils ne pourront pas obtenir la nationalité américaine. Une “énorme charge sur les contribuables” Cette décision pourrait affecter 22 millions d’étrangers résidant légalement dans le pays, ainsi que quelque 10 millions d’immigrants installés illégalement aux États-Unis, souvent depuis des années. Le texte vise les migrants démunis, qui bénéficient à leur arrivée sur le territoire américain, pendant une période limitée, d’allocations logement ou de bons alimentaires. Elle est aussi destinée à décourager les candidats à l’immigration peu qualifiés qui espèrent obtenir l’asile aux États-Unis.France24